Flag_english

Après notre extraordinaire séjour à Wanaka, passé à faire du fatbike, chasser les aurores australes sur Roys Peak ou encore à randonner au pied du Rob Roy, le plus beau glacier de Nouvelle Zélande, nous voilà de retour sur les routes : direction le sud ! Et plus exactement, la magnifique côte des Catlins !

Perdus dans la campagne

I'm a poor lonesome backpacker, I'm a long long way from home...Depuis Queenstown, nous reprenons notre périple en stop et, en bons bretons, nous sommes pressés de regagner la côte après notre séjour montagneux prolongé. Nous avons décidé de couper au plus court, en empruntant les petites routes de campagne. Nous ne le savons pas encore mais cette idée nous réservera quelques mésaventures…
Le jeune couple d’allemands qui nous embarque à Queenstown nous dépose à Lumsen où nous nous retrouvons seuls au carrefour du village. S’en suit, après une bonne heure d’attente sous la pluie, un couple de très gentils chinois en vacances, qui ne parlent pas un mot d’anglais et qui ne conduisent pas mieux. Ils nous déposent à Gore, le plus gros bourg des environs où nous passerons une nuit humide dans un camping miteux. Le gérant, tenant 2 grammes d’alcool dans chaque poche nous regarde comme un couple d’aliens transportant la vérole tout en vociférant des insultes à l’encontre du gouvernement, de ses taxes et des statistiques qu’il est obligé de leur fournir !

« Ya d’like t’camp here ? Really ? In winter ? Oh… Well I’d’t care. 12 bucks each ! Now bugger off ‘n’ let me watch da cricket ! » (Vous v’lez camper là ? Vraiment ? En Hiver ? Oh… Beuh j’m’en fous. 12 balles chacun. Maint’nant cassez-vous pis laissez moi r’garder l’cricket !)

Gore... Comme sont nom l'indique !Le carré d’herbe où nous plantons notre tente a un aspect de pataugeoire assez rédhibitoire. Nous nous réfugions donc pour la soirée dans la petite cuisine années 60, en compagnie de deux pêcheurs à la panse bedonnante en tenue de camouflage. Dehors les averses se succèdent, indifférentes à notre condition…

Mais c’est le lendemain que commence le véritable défi : couper à travers la « vraie cambrousse »… Les routes ne sont même pas sur notre carte ! Nous poussons des cris de joie lorsqu’un énorme 4×4 rouge s’arrête à notre hauteur après plusieurs heures d’attente dans une rue déserte de tout trafic. A vrai dire, nous supposons qu’il est rouge car il est couvert d’une telle épaisseur de boue que la couleur est difficile à définir. A l’intérieur, pas mieux ! Notre chauffeur est un jeune « digging engineer » (Quentin : « Quoi ? Un ingénieur de trous ? »). Mariette partage la banquette arrière avec un fusil à pompe, un couteau planté dans la mousse du siège faisant passer celui de Crocodile Dundee pour un canif et quelques lapins morts. Le sol est jonché de cartouches et la benne est remplie de gibier ! Gloups ! Puis il nous lâche, aussi soudainement qu’il nous a embarqués. Nous sommes seuls au milieu de nulle part, le cul boueux à cause de la banquette du 4×4, entourés de champs et de moutons. Pas un bruit. Pas âme qui vive aux alentours. Hum… Bien joué… On fait quoi maintenant ?
Contre toute attente, une voiture surgit 2 minutes plus tard et s’arrête en voyant les deux olibrius crottés qui s’agitent dans le bas-côté. Ils sont certainement aussi surpris que nous de trouver quelqu’un ici, et se rendent justement dans les Catlins mener une mission de sauvetage : un père et son enfant ont disparus sur la côte hier…

« Et bien ! Notre séjour risque d’être gai ! » s’exclame Mariette

Soudain, au détour d’une colline, nous apercevons la mer. Grande rupture bleue dans le paysage pastoral. On y est ! Les Catlins, enfin ! Toutes ces émotions nous ont donné grand faim. Avant de nous aventurer plus avant, nous nous arrêtons à Fortrose déguster la meilleure meat-pie néo-zélandaise que nous ayons goûtée jusqu’à présent !

Les Catlins : Curio Bay

C’est trois jeunes australiens qui nous déposent à notre camping du jour, accroché aux flancs d’une petite péninsule à Curio Bay. Nous nous battons avec le vent pour monter notre tente. Celui-ci ne veut apparemment pas de notre présence, faisant plusieurs tentatives homicides sur notre logement, essayant de le jeter sans ménagement à la mer ! Nous réussissons finalement à nous installer, avec une vue imprenable sur toute la baie et sur les nombreux surfeurs pratiquant leur maitrise des vagues, puis nous partons explorer la côte. La péninsule est fort jolie si l’on omet le raffut de l’hélicoptère qui ratisse le périmètre sous de gros nuages gris, la présence de cordons policiers et la cohorte de personnes patrouillant avec leurs talkie-walkies. Glauque ! L’humanité alarmée s’agite tandis que la nature implacable suit son cours. Dans l’océan, des dizaines de gracieux dauphins d’Hector (les plus petits et les plus rares du monde !) jouent dans les vagues, indifférents à la détresse humaine. Malheureusement personne ne sera retrouvé aujourd’hui…

Pour nous changer les idées, nous allons nous poster sur un promontoire d’où l’on peut observer au crépuscule du jour, si la chance nous sourit, des « Yellow Eyed Penguins ». Cette espèce de pingouins endémique de Nouvelle-Zélande est également la plus rare du monde. Nous en verrons quatre ce soir-là ! Décidément, les Catlins ont de belles merveilles à offrir ! Nous regardons, enchantés, ces gros oiseaux patauds, au mode de vie solitaire, se hisser hors de l’eau et regagner maladroitement leurs nids d’algues et de racines cachés dans la falaise. C’est la première fois que nous voyons des pingouins à l’état sauvage !

Les yellow eyed penguins de Curio Bay, vie solitaire dans le froid du crépuscule…

Les yellow eyed penguins de Curio Bay, vie solitaire dans le froid du crépuscule…

Les Catlins : Nugget Point

Après une nuit venteuse au son du violent ressac, nous retrouvons par hasard des amis qui nous remontent sur la route principale où nous aurons plus de chance de croiser du monde. Puis nous sommes embarqués par un australien cinquantenaire en voyage avec sa sœur. Adorables, ils nous feront visiter les environs tout l’après-midi, s’arrêtant admirer les jolies cascades et impressionnants points de vue qui jalonnent l’itinéraire.

La cascade Purakaunui Falls

La cascade Purakaunui Falls

Généreux, ils font même un détour de 20km pour nous déposer à notre camping du soir, situé à l’extrémité d’une gravel road. Le camping a des airs de paradis du bout du monde. Installé le long d’une grande baie de sable blanc et encadré d’immenses falaises, il restera l’un des plus beaux lieux où nous ayons campé en Nouvelle Zélande ! Le soleil, de retour, contribue également à la beauté du panorama. Mais nous ne tardons pas à gagner nos duvets car malgré le soleil, nous subissons la fraîcheur de cette latitude australe. Après tout, nous sommes vraiment au sud de cette île du sud !!

Purakaunui beach, notre tente est planté à quelques mètres de la plage

Purakaunui beach, notre tente est planté à quelques mètres de la plage

De retour, au hameau du coin, nous rencontrons un couple d’américains devant « Tea-pot Land » (la ville des théières), où des centaines de théières plus kitsch les unes que les autres se disputent la vedette dans un amoncellement grotesque. Nous partageons un moment de rire devant cette mise en scène ubuesque,  sympathisons quelques minutes et voilà qu’ils nous proposent de nous emmener à bord de leur gros camping car jusqu’au fameux phare de Nugget Point, où nous souhaitions justement nous rendre. Pour aller jusque-là, il faut emprunter 14 km de gravel road et le pauvre engin n’en mène pas large. Il vibre de toutes ses tôles dans un barouf du diable ! Quentin est obligé d’agripper le micro ondes qui menace de se faire la malle !

A Nugget Point, nous retrouvons nos amis Jules et Charlène avec qui nous avions redescendu le vertigineux Mt Taranaki. Ensemble, nous faisons la courte marche jusqu’à l’emblématique phare, veillant sur sa ribambelle d’îlots acérés tandis que des otaries à fourrure jouent dans l’eau en contrebas. C’est tout simplement incroyable ! Devant nous : l’immensité de l’océan au bout duquel nous pouvons suivre la courbure de la Terre.

Le phare de Nugget Point, un petit air de bout du monde

Le phare de Nugget Point, un petit air de bout du monde

Enfin nos amis nous déposent à Kaka Point où, au bout d’une longue heure d’attente frisquette, un couple de jeunes allemands nous récupère. Allongés confortablement sur le lit à l’arrière de leur break, nous nous laissons conduire jusqu’à la ville de Balclutha. A la sortie de l’agglomération, nous ne tardons pas à être embarqués par Ivan, et son petit chien Scampy, qui décide de faire un détour pour nous emmener voir sa plage favorite, où il pratique avec ferveur la pêche en canoë. Super chouette !
Nous finissons dans un coin reculé où aucun touriste n’a dû mettre les pieds depuis des lustres. Tout simplement magique et sincèrement magnifique !! C’est sur cette belle expérience humaine que se conclut notre aventure dans les Catlins ! Il est maintenant temps de remonter vers le nord…

Ciao !

Tintin & Riette


Bons plans / Infos pratiques :

Manger dans les Catlins :

  • A Fortrose, la petite maison qui sert d’office du tourisme partage son espace avec un petit restaurant proposant d’excellentes meat pies à très bon prix. Foncez sur l’occasion, c’est l’une des meilleures de Nouvelle-Zélande !
  • A Waikawa, arrêtez-vous au Blue Cod Blues, petite caravane réputée pour vendre le meilleur fish’n’chips de Nouvelle-Zélande… Difficile de le confirmer, on ne les a pas tous essayés, mais celui-là est définitivement excellent !
    Ouvert en été seulement

Camper dans les Catlins :

  • Il est possible de camper à Curio Bay, sur les falaises face à la mer, ou dans les hautes herbes sur la péninsule pour 10$/personne. Excellent spot, avec douches et toilettes et surtout la chance de pouvoir apercevoir des dauphins, yellow eyed penguins, et de beaux surfeurs (et surfeuses !) qui se changent sur le parking 😉
  • Si vous êtes en voiture, van ou camping car, Waikawa propose un terrain équipé de toilettes et d’eau filtrée où il est possible de passer la nuit gratuitement.
  • De nombreux campings du DOC sont présents tout au long de la côte, comme le superbe camping de Purakaunui beach où l’on peut camper pour 6$/personne

A voir dans les Catlins :

  • Si vous passez par-là à marée basse, ne ratez pas les impressionnantes grottes de Cathedral Caves
    5$/person
  • A Curio Bay, admirez les yellow eyed penguins et les hector’s dolphins, promenez-vous dans des forêts ancestrales et admirez la plage formée sur une forêt fossilisée.
  • Arrêtez-vous aux cascades de Purakaunui Falls (10mn de marche) et McLean Falls (40mn de marche)
  • Enfin, admirez le bout du monde depuis le phare de Nugget Point

 

Cet article comporte 9 commentaires
  1. Encore des rencontres et des lieux magiques et magnifiques !!! la vue du camping sur la mer, ça doit être quelque chose au réveil…! bises et bonne route!

  2. une jolie cascade, un superbe point de vue panoramique sur le phare de Nuggets, un beau coucher de soleil sur Curio Bay, une transhumance sympa, un petit aire de violon au pied des falaises… et à coté de ça des théières kitchos, un Kiwi Dundee en 4×4 dégueu et un propriétaire de camping alcoolisé fan de cricket et à l’air super accueillant dans un bled au nom qui fait peur…

    encore un beau voyage quoi 😀

  3. 8h45 petit déjeuner sans méat-pie bien appétissant je me contente de mes tartines beurre confiture maison .encore de belles photos je suis comme Gaultier j’aime la cascade puis le phare de Nuggets il faut y monter mais qu’elle vue j’ai trouvé Balclutha ainsi je peu me rendre compte ou vous étiez comme je t’ai dis au téléphone je suis heureuse de voyager avec vous bisous les enfants Mamie

  4. Que d’emotions encore le 4/4 rouge très peu.L’aventure c’est l’aventure.
    Merci pour ce partage
    Gentils fou prenez soins de vous.

  5. magnifique Nugget Point
    bravo pour les pingouins….
    quant aux vaches elles doivent pas voir beaucoup de train passer à moins que celles-ci regardent les bateaux!!
    et la transumance par la plage quelle bonne idée, c’est pour les moutons de pré-salé!

    bises

  6. Je reviens des Catlins et c’est probablement le meilleur week-end que j’ai passé en Nouvelle Zélande! Vos photos sont superbes!
    Quand j’étais à Curio Bay, un ranger du DOC était là et à répondu à toutes nos questions: il se trouve que la colonie de yellow eyed penguins de curio bay est composée de 4 couples, et donc vous avez VRAIMENT été chanceux car le maximum que vous pouvez voir est 4, lorsque les 4 autres veillent sur leurs petits dans le nid!
    J’ai juste une remarque à faire, désolée à l’avance de faire ma reloue sur du détail, mais « penguin » est un faux-ami. Il s’agit de manchots. La différence? les manchots ne volent pas et ne se trouvent que dans l’hémisphère sud. Les pingouins volent (oui, oui!!) et ne se trouvent que dans l’hémisphère nord (mais pas au delà de la Bretagne).
    Votre blog est super, j’ai découvert des lieux supers grâce à vous! C’est comme avoir les conseils deux copains!
    Continuez de vous éclater dans vos voyages et de nous faire rêver!

    1. Hello Breizh Tim Tam !
      Merci pour ton commentaire très touchant. Nous sommes heureux d’avoir pu t’aider durant ton trajet en NZ 🙂 N’hésites surtout pas à nous contacter si tu as des questions ou si tu veux d’autres infos qui ne sont pas sur le site !
      Merci également pour la précision à propos des petits copains de Curio Bay, nous ignorions cela, on ira se coucher moins bêtes ce soir 🙂
      P.S : En revanche on ne te remercie pas pour ton pseudo, on est en manque de Tim Tam et maintenant on a faim, c’est malin XD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rechercher