Flag_english

Si le Yunnan jouit déjà d’une richesse exceptionnelle tant au niveau culturel qu’au niveau gastronomique et naturel, la région sud de cette province en est le concentré. Nommée Xishuangbanna, cette région recense à elle seule 12 ethnies différentes, sur les 56 que regroupe l’ensemble du territoire chinois. En plus de cette incroyable diversité culturelle, la région est extrêmement renommée pour sa production de thé !

Nous avons eu la chance de partir en trek au Xishuangbanna durant une journée, sur la montagne Nan Nuo Shan, l’une des douze anciennes montagnes de thé de la région, avec Lijuan, guide d’état et patronne du Mékong Café qui propose des treks aux visiteurs. Une activité excellente, autant pour les amateurs de thé et d’histoire que pour les amateurs de plein air !

Trek au Xishuangbanna : le Pu’Er, un thé à l’histoire fascinante :

Notre excursion commence par un tour au marché, au pied de la montagne. S’y vend nombre d’aliments, mais aussi (et surtout !) le fameux thé Pu’Er, présenté sous toutes ses formes. Compressé en briquettes, en galettes, tressé ou encore vendu en paquet, il peut être vert, noir, cru, cuit, jeune, fermenté, de printemps ou d’automne… Quelle variété ! Lijuan nous explique les différences et nous aiguille dans notre choix pour acheter un petit cadeau destiné à la mère de Quentin. Sans elle, nous n’aurions sût que choisir !

Galettes de thé et boulettes en pyramide

Galettes de thé et boulettes en pyramide

Il est temps de partir à l’assaut de la montagne. Alors que nous suivons notre guide, qui emprunte d’un pied sûr les petits sentiers forestiers montant à travers la montagne, elle nous raconte avec passion, et dans un excellent anglais, l’histoire particulière de la région. Saviez vous que la découverte du thé remonte à il y a de cela un peu moins de 5000 ans ? Shen Nong, un herboriste connu pour être à l’origine de la médecine chinoise y eu d’abord recours pour ces vertus médicinales, mais le thé eu tôt fait de se démocratiser.

  • « L’histoire du Pu’Er remonte à l’époque de la dynastie Tang, lorsque le Pu’Er était encore appelé le ‘Thé Pu’. C’est à cette époque qu’il a commencé a être cultivé et produit à grande échelle. Durant les dynasties Song et Ming, le Pu’Er a petit à petit gagné les régions centrales de la Chine. Et c’est durant la dynastie Qing qu’il s’est fait une réputation importante et nationale, et que sa valeur à largement augmenté, particulièrement à Pékin. Les empereurs Quing étaient de grand amateurs de Pu’Er » Nous conte Lijuan. « Les empereurs en commandaient de grandes quantités. C’est ainsi que fut créé la Route du Thé et des Chevaux,  où passaient les caravanes qui se rendaient d’un côté à la Capitale et de l’autre au Tibet, au Myanmar et en Inde. » Nous explique-t-elle ensuite.
  • « Et pourquoi appelle-t-on ce thé Pu’Er ? » Demandons nous.
  • « Car l’ancien centre de vente était situé dans la ville de Pu’Er,non loin d’ici. Chaque galette de thé devait passer par là pour recevoir un tampon d’authenticité, être taxée puis être vendue. Le thé Pu’Er est vraiment considéré comme l’un des meilleurs du monde. Évidemment il en existe différentes qualités et, tout comme le bon vin, ce thé est le seul qui se bonifie avec le temps. Il fermente naturellement très lentement, ce qui affecte son gout.« 

De quoi ravir les collectionneurs ! La jeune femme, très calée dans l’histoire de sa région, est guide d’état depuis une dizaine d’années. Elle nous raconte beaucoup d’anecdotes et répond avec précision à toutes nos questions, ce qui nous fait oublier l’effort de la montée ! La balade est par ailleurs très agréable, bien loin de l’agitation de Jinghong. Nous progressons dans une végétation luxuriante et l’épaisse canopée au dessus de nos têtes nous protège du soleil et de la chaleur. Les arbres à thé bordent le sentier, poussant au milieu de la forêt. Certains sont âgés de plus de 300 ans. Le plus vieux que nous rencontrons en a 800 ! Un vrai voyage dans le temps ! Ces arbres, protégés des insectes et des maladies par la forêt environnante, n’ont besoin d’aucun traitement. Le thé provenant d’ici est donc 100% bio ! Sans compter que c’est des vieux arbres qu’on tire le meilleur thé !

Lijuan en plein exposé sur le thé

Lijuan en plein exposé sur le thé

Trek au Xishuangbanna : une histoire de peuples

Le chemin que Lijuan choisit de nous faire emprunter traverse également de nombreux petits villages appartenant à la minorité Akha. Elle nous explique que les peuples Akha et Bulang sont quasiment les seules  ethnies à cultiver le thé Pu’Er, car vivant traditionnellement sur les « terres hautes »où les arbres à thé poussent naturellement. Le peuple Daï (ethnie majoritaire au Xishuangbanna) occupe, quant à lui, les « terres basses » où ils cultivent majoritairement des bananiers et des hévéas.

Les villages connaissent un essor extraordinaire depuis ces dix dernières années. La clientèle sans cesse plus nombreuse a fait grimper les prix de façon extravagante. Le kilo se vend en moyenne 85€. Les meilleurs thés se vendent à plus de 1600€ le kilo ! Par conséquent, les habitants s’enrichissent rapidement et la construction de grandes maisons colorées à plusieurs étages remplacent peu à peu les constructions traditionnelles en bois. Mais les Akha demeurent un peuple animiste fier très attaché à son folklore et à ses traditions, que l’on trouve encore bien présents sur la montagne. Au premier village, nous tombons d’ailleurs sur un jour de fête. Un cochon avait été tué au matin et tout le village était occupé à préparer un grand festin ! Sacré ambiance !

Plus loin, une petite cabane à thé perdue au milieu de la jungle nous accueille pour une dégustation. Nous y découvrons le très beau cérémonial chinois de service du thé Pu’Er qui développe à la perfection les différents arômes. C’est à la fois un délice et une expérience très relaxante ! Lijuan nous explique alors tout le fascinant processus de fabrication encore largement artisanal de ce thé hors du commun.

Cabane de dégustation de thé en pleine jungle

Cabane de dégustation de thé en pleine jungle

En début d’après-midi, après un copieux pique-nique dans la jungle, nous entreprenons de redescendre de la montagne. En route, nous nous arrêtons dans la demeure d’un ami de Lijuan chez qui nous dégustons également le thé. Les arômes sont vraiment subtils ! Nous y rencontrons la mère de cet ami qui insiste pour nous montrer les vêtements traditionnels de la famille, portés lors des grandes occasions. Ils sont magnifiques, entièrement faits à la main et finement brodés… Et voilà qu’elle veut nous les faire enfiler ! Quentin se retrouve vite affublé d’un joli gilet, quant à Mariette elle est même coiffée de la coiffe locale. La vieille dame, enchantée par la tournure des événements, remonte vite dans ses appartements et revient habillée de pied en cap. Elle est magnifique ! Qu’en pensez vous ? N’avons-nous pas fière allure tous les trois ?

En costume Akha

En costume Akha

Après une énième tasse de thé, nous quittons ces gens charmants et terminons la randonnée. Nous avons marché en tout une vingtaine de kilomètres aujourd’hui, mais il nous semble ne pas nous en être rendus compte tant la journée fut passionnante ! Grâce à Lijuan, cette randonnée fut tout à fait hors du commun ! Nous clôturons la journée par un diner sous un auvent, où une gargote prépare des barbecues à la Daï. C’est un véritable régal !

La journée fut bien remplie, culturellement et humainement formidable. Nous avons réellement apprécié l’expérience et comprenons la nécessité d’avoir un bon guide pour découvrir cette région à l’Histoire si intense. Nous aurions aimé être accompagnés d’un tel guide lors de notre trek dans le Xisuhangbanna effectué quelques jours auparavant. Lijuan a sût nous faire profiter de cette montagne au mieux. Sportive, elle n’hésitera pas non plus à emmener ceux qui le souhaitent sur plusieurs jours, à pieds ou en vélo, pour découvrir les environs. En plus des montagnes de thé, elle propose aussi des excursions dans les villages Daï et autres ethnies de la région. Si vous avez le temps et les moyens, n’hésitez pas ! Le Xishuangbanna en vaut vraiment la peine…


Informations pratiques :

Pour un trek au Xishuangbanna, comptez environ 400CYN/jour/personne (incluant transport, repas et nuit chez l’habitant si vous partez sur un trek de plusieurs jours).
Si elle n’est pas présente, demandez à « parler à Lijuan pour faire un trek » aux serveuses du Mékong Café, elles l’appelleront pour vous.
Adresse : Jinglan Guoji F1-104 Menglong Road Jinghong Yunnan China


 

Cet article comporte 9 commentaires
  1. passionnante balade! le thé a intérêt à être bon à ce prix là!

    les photos de la cérémonie du thé sont très belles, celle du thé au marché aussi !

    et vous êtes bôôôô en tenue traditionnelle! 🙂

    bises

  2. Bonjour les jeunes , encore une belle balade culturelle l’histoire du thé très bien
    pour moi ce n’est pas ma tasse de thé , mais j’espère qu’il est très bon à ce prix .
    Quand on aime on ne compte pas et Maman Sophie va sûrement apprécier .
    Vous êtes très beaux revêtus des costumes chinois .
    Bonne route et à bientôt et grosses bises à vous deux .

  3. Encore une magnifique expérience qui donne envie.
    J’ai hâte de déguster ce nectar, prenez en soin en cour de route.
    Toujour de très belles photos, surtout dans les somptueux costumes traditionnels je pense que ça va plaire aussi à Elina, une de vos meilleures fans.
    Bisous

  4. Bonjours les enfants encore une belle ballade le The très intéressant mais le prix aussi!!!!!! vous êtes magnifiques en costumeAkha la maison des nouveaux riches me plait bien superbe ! A bientot bisous

  5. Quelle belle journée avez vous du passer ! Merci de nous l’avoir fait partager…Belles photos aussi…Et cette cérémonie du thé dans la jungle, beau moment sûrement, le breuvage a du être d’autant plus appréciable..
    Bises automnales..

  6. voilà une balade bien intéressante, Sophie est impatiente…..

    et je suis d’accord avec tout le monde vous êtes beaux en costume Akha

    merci pour ces moments de culture chinoise!

    bises

  7. Merci pour ce beau moment de sérénité ,de chaleur humaine, de culture.
    Nous en n’aurons toujours besoin.GENTILS FOUS PRENEZ SOINS DE VOUS.

    ET ENCORE MERCI POUR CE PARTAGE.

  8. C’est toujours un plaisir de vous retrouver. En buvant mon café ce matin et non du thé. Merci de partager ces moments et encore bravo pour ces couleurs et paysages magnifiques. Bonne continuation, à bientôt. Bises.

  9. Hello! Je découvre votre site à l’instant!
    Cette balade est très tentante étant moi-même passionnée par le thé!
    Je suis en Chine, ça tombe bien!

    Je ne connais pas votre itinéraire, mais si vous passez par Yichang (Hubei), même si y’a pas grand chose à voir, faites moi signe! (les français-es me manquent…!).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rechercher