Figurez-vous que nous avons décidé de quitter nos chaussures de randonnée de prédilection pour tester un autre moyen de locomotion… Que diriez-vous si nous vous emmenions faire un petit tour à vélo ?

En effet, nous avons été contacté il y a peu par l’office du tourisme de Normandie qui souhaitait nous faire découvrir (et pas la même occasion VOUS faire découvrir) le parcours étonnant de la Véloscénie. Une fois n’est pas coutume, nous avons accepté ! Cette belle initiative de la région mérite, à nos yeux, d’être mise en avant autant pour son caractère original que pour toutes les merveilles qu’elle prévoit de nous faire visiter. Et honnêtement, c’est vraiment un superbe parcours cyclable qui a l’avantage méritoire de ne pas être à l’autre bout du monde et d’être accessible à toute la famille ! De quoi vous donner quelques idées pour vos prochaines vacances… à bicyclette !!

La Véloscénie, c’est quoi en fait ?

La Véloscénie, c’est un formidable parcours cyclable de 450km reliant Paris au Mont-Saint-Michel et faisant étape dans une multitude de lieux comptant parmi les plus beaux et les plus remarquables de la région (et du monde. Soyons modestes. Si, si.). Chaque journée du parcours, minutieusement décrit et documenté dans le vélo-guide « De Paris au Mont-Saint-Michel à vélo » (Éditions Ouest-France), vous apportera son lot de surprises, de nature verdoyante et de découvertes culturelles et  gourmandes !

Pour vous faire une petite liste non-exhaustive, sinon nous y serions encore ce soir, vous pourrez faire sans ambages un petit coucou au château de Versailles, flâner le nez au vent dans les jardins créés par Le Nôtre du château de Maintenon, visiter l’emblématique cathédrale de Chartres et ses ateliers de vitraux, déambuler dans la belle cité de Nogent-le-Rotrou sans manquer son château médiéval, pique-niquer au somptueux château de Carrouges, vous offrir un spa relaxant (bienvenu après tous ces coups de pédales) dans la station thermale de Bagnoles-de-l’Orne et bien entendu, visiter le Mont-Saint-Michel en long, en large et en travers.  Tout cela en passant par de jolis paysages pittoresques et de beaux petits villages typiques, en vous régalant de bonnes choses au passage. C’est que le coin, en plus d’être charmant et pleins d’activités intéressantes, de manque pas de spécialités gourmandes et de bonnes auberges… Avouez quand même que cela donne envie d’enfourcher sa bicyclette ! Non ?

En tout, à raison de 50km par jour, il vous faudra une bonne semaine de coups de pédales pour réaliser ce parcours d’un bout à l’autre, traversant 4 régions et 8 départements. Vous pouvez bien évidemment n’en parcourir qu’une partie, l’itinéraire étant bien desservi par le train. C’est d’ailleurs ce que nous propose de faire l’office du tourisme, sur un week-end de trois jours : Partir de Carrouges et pédaler jusqu’à la baie mythique qui fait écrin au Miracle, à la Merveille de l’Occident, à notre bien-aimé Mont-Saint-Michel !

Le château de Carrouges

Nos premiers coups de pédales sur la Véloscénie nous mènent directement au château de Carrouges. Le ciel, qui n’a pas l’air dans son assiette depuis ce matin, menace à tout instant de nous tomber sur la tête. L’horizon est aussi bouché qu’une bouteille de cidre secouée qui menacerait à tout instant de jaillir en fontaine. La pluie est déjà tombée en abondance dans la matinée, électrisant le vert de la végétation normande. C’est dans cette ambiance apocalyptique que nous tombons en arrêt devant la porte du château. Et quelle porte mes amis ! Magistrale, toute en tourelles et merveilleuse, sortie tout droit d’une imagination mégalo. Peu de demeures peuvent se vanter d’une telle entrée en matière !

LA porte du château de Carrouges

LA porte du château de Carrouges

Et comment vous décrire le château de Carrouges ? Passons d’abord en dessous de la porte monumentale. Le voilà qui apparait, gigantesque paquebot de briques roses posé, tel une imposante île-flottante, au milieu de son étendue d’eau sombre. Somptueux ? Vous avez dit somptueux ?

Le parc est superbe également, offrant juste ce qu’il faut de fouillis et de mauvaises herbes aux côtés des jardins à la française pour entretenir son esprit romantique. En outre, on peut aussi y pique-niquer sous les pommiers dans le verger, ce que nous ne manquons pas de faire !!

À bicyclette

Et nous voila pédalant de bon cœur à travers la campagne. Nous avons environ 25 km de Véloscénie à parcourir pour atteindre Bagnoles-de-l’Orne. La pluie intermittente ne nous laisse pas trop le temps de sécher, mais les jolies petites routes de campagne désertes que nous empruntons jusqu’à St Patrice du Désert nous ravissent tout de même. Après tout, c’est la Normandie au mois de Septembre. Et les deux bretons aguerris que nous sommes ne vont quand même pas faire grise mine devant trois gouttelettes d’eau ! Surtout que, pour bien faire, nous avons deux superbes vélos électriques ! Comment ça, c’est de la triche ?

Le cycliste heureux

Le cycliste heureux

Après St Patrice du Désert, nous délaissons la campagne bucolique pour nous engouffrer dans la forêt des Andaines. Une grande route rectiligne fend cette vigoureuse verdure qui se referme en voute sombre au dessus de nos têtes. Nous voilà avalés tous crus par la végétation. Les odeurs de mousse et d’humus nous chatouillent les narines alors que nous donnons nos derniers coups de pédales en direction de Bagnoles-de-l’Orne sous des trombes d’eau ! Eh, oui ! Vu le ciel, il fallait bien que cela tombe à un moment ou à un autre.

Bagnoles-de-l’Orne, la cité thermale

Émergeant de la forêt des Andaines, nous fonçons à tombeau ouvert dans la descente qui nous mène à Bagnoles-de-l’Ornes. Quentin se fend d’une pointe à 58km/h et déboule à toute allure dans le centre-ville grillant un stop. Oups… Le voilà pas rassuré, il s’est fait une petite frousse, c’est malin !
Semblant tout droit sortie d’un autre siècle, cette station thermale au luxe « Belle époque » ne lasse pas de charmer ses visiteurs. De par sa situation, elle semble être également une excellente base pour visiter toute la région et propose d’innombrables occupations en tous genres en plus des activités classiques de cure thermale (balades, vélos, golf, kayak, cheval, tennis, chasse aux champignons…). Nous zigzagons dans les rues en admirant les villas rétro et colorées puis nous laissons guider jusqu’au lac en contrebas pour découvrir de nos yeux l’iconique paysage urbain Art Déco dont la réputation ne ternit pas avec les années.

Bagnoles-de-l'Orne

Bagnoles-de-l’Orne

Nous contournons le lac et escaladons de nouveau les hauteurs pour rendre visite au château-mairie de la Roche (aussi appelé château Goupil), un impressionnant bâtiment du XIXeme entouré d’un parc splendide offrant un cadre de travail de conte de fée aux agents municipaux (les petits veinards) !

Nous poursuivons un peu, nous enfonçant de nouveau dans l’épaisseur des bois pour nous rendre jusqu’au point de vue du Roc au Chien. Il existe plusieurs légendes pour ce nom intriguant. Notre préférée est décidément celle qui parle d’un méchant seigneur lubrique qui, la veille de ses noces, pour enterrer sa vie de garçon, aurait violé l’intégralité d’un couvent (on ne précise pas le nombre d’infortunées nonnes). La punition divine qu’il reçut la nuit suivant son terrible forfait le transforma en monstre à tête de chien et à pattes de tigre. Mais attendez, ce n’est pas tout, car le seigneur, fort désappointé d’avoir loupé son mariage, se mit à dévorer sans vergogne les jeunes filles du quartier à la veille de leur noces. Cette boucherie sanguinaire se poursuivit un petit moment, jusqu’à ce qu’un petit tailleur bossu sur le point de se marier se posta devant chez sa fiancée pour la protéger. Il reçut la visite d’un vieux magicien qui lui donna un sac contenant 3 petites pierres magiques. Courageusement, il attendit le monstre. Minuit sonna, le chien apparut. Terrorisé, le petit bossu lui lança la première pierre, le monstre hurla, puis la seconde, et il cracha du feu, et enfin il lança la troisième, en hurlant : « chien d’enfer, gare aux nonnes ! » et le monstre disparut ! Le lendemain, le cortège aperçut en revenant de l’église la tête du monstre pétrifiée dans les rochers… Cela dit, si la légende et la balade en forêt sur les hauteurs valent largement le déplacement, il ne faut pas s’attendre à un panorama de dingue depuis le roc… Soyons honnêtes, c’est pas franchement fou. De plus, nous ne croiserons pas le fantôme de ce fameux toutou, ce qui est somme toute très décevant !

Avec tout ça, il pleut toujours, et il faut nous rendre à l’évidence, nous ne pourrons pas démentir la réputation de la Normandie aujourd’hui ! Heureusement, on nous a réservé une surprise pour nous consoler de la météo : un moment de cocooning tiède et moelleux dans un des spas les plus reconnus de la ville !

le B’O Spa, après l’effort le réconfort

Ouvert dans un complexe à but médical accueillant les amateurs de cures thermales, le B’O Spa propose également un grand choix d’activités purement détente. Quentin n’est pourtant pas très relax en pénétrant dans le grand hall vert pomme reproduisant l’ambiance de la forêt alentour…
« – Mais ! J’ai jamais été dans un spa moi !! », ne cesse-t-il de répéter, crispé. Sa réticence s’envole pourtant bientôt sous les doigts des sympathiques employées du spa. Au programme : modelage relaxant « signature » d’1h à l’huile essentielle de pomme, embaumant la salle de son doux parfum sucré ! Il faut en effet savoir que la plupart des soins du spa utilisent ce fruit emblématique de la Normandie. En résumé, autant vous dire que nous passons un moment on ne peut plus agréable !

Après avoir fait le tour des installations du spa en peignoir, il nous faut enfin nous décider à réenfourcher nos bicyclettes et à affronter le crachin pour rejoindre nos pénates du soir, cachés bien au calme au cœur de la forêt des Andaines… Le manoir du Lys !

Dans les couloirs de B'O Spa

Dans les couloirs de B’O Spa

Le Manoir du Lys, une adresse en or

Heureusement que nous avons prit soin d’apporter une tenue de soirée ! Il se trouve que Le Manoir du Lys, en plus d’être un superbe hôtel 4 étoiles, est aussi la résidence du fameux chef étoilé Franck Quinton ! Décidément la Véloscénie nous en réserve de belles surprises… La découverte de sa table, créative et audacieuse, nous met les papilles en émois. Alliant la richesse du terroir normand et les produits de saison au savoir-faire de Franck, le menu du Manoir du Lys nous ouvre soudain tout un nouvel univers gustatif aussi merveilleux qu’addictif.
En Septembre, le champignon est à l’honneur. Et c’est un florilège des saveurs que Mariette découvre dans son assiette ce soir. Jusqu’au dessert : un macaron surprenant aux champignons des bois ! C’est toute la forêt des Andaines que Mariette semble déguster et vraiment, c’est un délice !

Le Chef Frank Quinton, dans son restaurant étoilé Le Manoir du Lys

Le Chef Frank Quinton, dans son restaurant étoilé Le Manoir du Lys

Quentin boude les champignons, à son habitude (quel rustre !). Mais il découvre lui aussi les saveurs étonnantes, pour ne pas dire renversantes, de la cuisine de Franck. L’andouille de Vire revisité au foin vert, camembert et langoustine fait son régal et le dessert, un riz au lait détonnant à la pêche et à la lavande le laisse un long moment dans un état second… Chaque bouchée des plats de Franck est parfaitement pensée et équilibrée, nous plongeant dans une expérience gastronomique extraordinaire dont nous nous souviendrons longtemps !

Notre chambre est également formidable et nous y passons une nuit délicieuse, dans un calme olympien.
De quoi reprendre des forces pour notre deuxième jour d’aventure cyclable !

Car cette première journée nous a déjà réservé son lot de surprises… Mais attendez de voir ce que nous allons découvrir demain !

Notre chambre au Manoir du Lys. Chacune d'entre elles possède une décoration unique

Notre chambre au Manoir du Lys. Chacune d’entre elles possède une décoration unique

Infos pratiques :

Office du tourisme de l’Orne : www.ornetourisme.com

Le site officiel de la véloscénie : www.veloscenie.com

Location de vélo : LocVélo Normandie. www.locvelo.fr

Organisateur de voyage à vélo : Petite Reine. www.petitereinenormandie.fr

Le château de Carrouges : visite de l’intérieur du château 10h-12h30 et 14h-17h (18h en été). 6€ tarif plein, gratuit -26 ans. Site officiel : www.chateau-carrouges.fr

B’O Resort & Spa : Massage délicieusement nonchalant à partir de 90 €, rituels en duo (4 soins dont un massage ) à partir de 325 €. Site officiel : www.bo-resort.com

Le manoir du Lys : Hôtel de charme et restaurant étoilé à Bagnoles-de-l’Orne. Site officiel : http://manoir-du-lys.fr

Cet article comporte 2 commentaires
  1. je rêve ou Mariette a abandonné sa jupe fétiche? et qu’on ne me dise pas que c’est à cause du vélo, à la belle époque les dames faisaient du vélo en jupe ou en robe longue (et c’est tout à fait dans le thème à Bagnoles, la belle époque!! )
    sinon c’est magnifique par là bas! depuis le temps que j’entends parler de Bagnoles, va falloir que j’aille y faire un tour un de ces jours quand même! et le petit resto m’a l’air tout à fait délicieux!

  2. Superbe, nous sommes déjà allé a Bagnoles (en voiture haha) et j’avoue que j’aime bien ses ambiances de station thermale (Vichy est à voir d’ailleurs)
    et puis le manoir du Lys ça nous tente bien surtout qu’il y a le golf juste à côté.

    on en reparle….

    bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rechercher