Flag_english

Alors que nous avons vu la fin de notre aventure le long des berges du Mékong par notre arrivée magistrale à l’embouchure du Delta, que nous avons exploré à fond les ruelles d’or de l’ancienne cité de Hoi Han, que nous avons arpenté de long et en large et sous la pluie l’envoutante baie d’Halong terrestre de Ninh Binh, nous nous heurtons à une prise de décision pas piquée des hannetons, comme l’affirme l’expression populaire. Il nous reste en effet à présent qu’une grosse semaine sur notre visa Vietnamien. Où allons nous maintenant porter nos pieds et notre regard émerveillé de voyageurs ébahis ? Quelle destination devons-nous privilégier ? Notre penchant tout naturel à lire les guides de voyage nous avait d’abord convaincu de la nécessité absolue de ne pas manquer-mais-alors-pour-rien-au-monde la fameuse croisière sur la baie d’Halong qui fait la réputation du pays tout entier. C’est bien joli, oui mais voilà, le baromètre est fixé de manière imperturbable sur « petit matin breton » ou, pour varier et ne pas faire de jaloux, sur « mois de juin normand ». Vous l’avez compris, pas besoin de vous faire un dessin, la croisière sur la baie d’Halong est comme qui dirait tombée… à l’eau ! « Que faire ? », nous demandons nous tout en sirotant un café viet’ assis sur les tabourets en plastiques roses d’un boui-boui de quartier. Sapa et les montagnes du Nord nous tendent les bras… Mais nous rayons cependant bien vite Sapa de notre liste, puisque la malheureuse croule sous l’afflux incontrôlé des touristes déçus de la météo marine. Notre doigt, suivant le tracé des cartes, s’arrête alors inopinément sur un petit morceau de montagne un peu excentré et sur ce nom de ville à la musicalité prometteuse : Ha Giang.

Les rizières de Ha Giang. Pas mal non ? Et attendez de voir la suite !

Les rizières de Ha Giang. Pas mal non ? Et attendez de voir la suite !

Ha Giang

Comme bien souvent au Vietnam, notre bus couchette arrive à destination bien après l’heure autorisée par la bonne fée de Mlle Cendrillon. Fort heureusement, au contraire du Myanmar que nous avons visité quelques mois auparavant, on nous autorise ici bien civilement à continuer notre nuit jusqu’à 5h du matin, heure à laquelle le bus repart dans l’autre sens. Nous voilà donc dès potron-minet errant dans les rues ennuyantes de Ha Giang (cela se prononce Aziang, au cas où vous vous poseriez la question), après avoir engouffré, comme il se doit, un petit déjeuner vietnamien constitué d’un bun cha : une soupe de nouilles aux boulettes de viande. Nous faisons bientôt la connaissance de Quang Tan, un jeune et dynamique vietnamien qui vient juste d’ouvrir une agence de location de deux-roues (QT Motorbikes and Tours)… Une heure plus tard nous voici juché sur trois 110cc semi-automatiques et flambant neuves ! Oui, trois. Rappelez vous de notre dernier article, où nous vous vantions les multiples mérites de notre ami et compagnon de route Adrien, venu tout droit de Toulouse pour nous retrouver… Et bien, non seulement il ne s’est pas lassé de notre compagnie, mais il fuse aujourd’hui à nos côtés sur les routes sinueuses des montagnes vietnamiennes. Enfin fuser… C’est un bien grand mot, puisque l’état des routes et l’absence remarquable de parapets de sécurité nous autorisent rarement à dépasser les 60 km/h.

Fin d'après-midi sur une rivière au fond d'une vallée à Ha Giang

Fin d’après-midi sur une rivière au fond d’une vallée à Ha Giang

Le premier jour, le temps laisse un tantinet à désirer. Sans doute pour témoigner leur solidarité à la pauvre baie d’Halong, une brume tenace et de gros nuages bas s’accrochent aux reliefs du paysage. A la sortie de l’agglomération, une rivière serpente le long de la route. Nous progressons à présent sur une petite langue de bitume amochée par les années, slalomant prudemment entres les énormes nids de poules. A notre droite, en contre bas, la rivière dévale fraîchement la pente, roulant prestement sur son lit de galets ronds. A notre gauche, un petit plateau cultivé en rizières inondées parsemées de quelques maisons de bois. De hauts pics sombres encadrent le paysage et montent abruptement vers le ciel avant de disparaître dans l’épaisseur nuageuse. On ne saurait rester insensible à un paysage d’une telle beauté, aussi ne progressons-nous pas très vite, faisant des pauses régulières pour admirer ce panorama tragique et contrasté dont les couleurs hivernales se trouvent si vivement tranchées par la violence électrique du vert des rizières.

Derniers rayons de soleil sur les vallées d'Ha Giang

Derniers rayons de soleil sur les vallées d’Ha Giang


Les habitants que nous croisons de plus en plus nombreux le long du chemin appartiennent tous à des ethnies minoritaires. Les Hmongs semblent être les plus largement représentés dans la région. Il y en a différentes catégories : les Hmongs fleuris, verts, blancs, noirs… Mais nous croiserons aussi des Lolos, des Zao… Les femmes arborent de superbes vêtements brodés assortis de coiffes colorées. Les hommes sont vêtus de vêtements en coton teints à l’indigo. Étrangement nous croisons aussi beaucoup d’albinos. Nous les trouvons aussi magnifiques que fascinants mais réalisons vite que ces pauvres hères, sans doute rejetés dans leur différence, peut-être victimes de superstition, semblent mis à l’écart de leur société. L’humain est bien le même partout, hélas…

Un petit Hmong albinos sur le dos de sa mère

Un petit Hmong albinos sur le dos de sa mère


La route nous mène rapidement vers les hauteurs. L’atmosphère fraîchit et nous prenons finalement un bain dans la mer de nuages. Nous redoublons de vigilance car les virages-spaghetti se resserrent à qui mieux-mieux. A nous en donner le tournis ! C’est alors que nous franchissons la première « Sky Gate », la bien nommée porte du ciel. Un passage de col offrant une vue à couper le souffle sur la vallée perdue en contre bas. Au fond de cette vallée, deux seins jumeaux émergent des cultures, énormes, aguicheurs. On ne sait à quel genre de déesse terrestre assoupie cette magnifique poitrine appartient, mais elle rajoute incontestablement du charme au paysage !

Au pied des deux mamelons, que nous rejoignons un peu plus tard, ce trouve le village de Tam Son, qui, à notre goût, peut servir d’excellente base pour explorer la région. Car voyez-vous, il s’y trouve un café très agréable et un petit restaurant local, dont on apprécie autant l’excellente nourriture que la présence avenante de la belle tenancière !

THE Sky Gate of Ha Giang

THE Sky Gate of Ha Giang

Dans les villages

Outre les bourgs développés où l’on trouve tout ce qu’il faut pour accueillir le touriste en goguette, le paysage des montagnes du nord est jalonné d’une multitude de hameaux dans lesquels nous nous arrêtons, au hasard des virages et des chemins empruntés.

L’accueil y est partout le même. Méfiant au premier abord, les habitants se laissent vite emporter par leur curiosité, pour peu que l’on s’installe tranquillement dans un coin et que l’on rigole avec eux. On est alors invité presque immanquablement pour l’apéritif. Et cela, quelle que soit l’heure de la journée ! Car on est ici féru d’alcool de céréales (diverses et variées), qui semble faire un sacré ravage. Nombreuses seront les fois, au cours de cette semaine, où nous croiserons des pauvres types éméchés, endormis dans le bas côté avant même que n’ait sonné l’heure de midi. Un fléau, on vous dit ! Ainsi donc, pour le partage de l’apéritif, on nous fait rentrer par la porte basse et noire d’une des belles maisons jaunes aux murs craquelés qui constituent le village. Si lumineuses de l’extérieur, elles nous étouffent dans leur noirceur interne ! Aucune fenêtre ne vient apporter d’air ou de lumière aux murs nus noircis de la suie abondante du feu perpétuel.

Une jeune femme Hmong dans la pénombre...

Une jeune femme Hmong dans la pénombre…

On s’assied tous en cercle sur de petits tabourets de bois, les pieds battant la terre battue. Dans la pénombre où l’on se devine à peine, entourés de gamins curieux et crasseux, on boit et l’on fume du tabac fort dans ce qui ressemble à s’y méprendre à un grand « bang » en bois. Ambiance quasi mystique, pour ne pas dire chamanique, alors que les visages souriants ondulent au fur et à mesure que les verres se vident. Impossible de refuser les invitations de nos hôtes… Nous repartons bien souvent en titubant ! Et nous nous lançons alors dans de grandes marches purificatrices, avant de nous risquer à remonter sur les motos…

Le paysage est fantastique, vallonné, minéral. Les habitants s’affairent à retourner la terre en terrasse qui verra bientôt pousser des champs violets de sarrasin. Même les bambins sont de la partie ! Ils marchent à peine et se promènent déjà serpe à la main. Très peu d’entre eux auront la chance de bénéficier d’une vraie scolarité…

Les marchés ethniques

Surtout, chers amis, si vous partez en vadrouille dans cette magnifique région, ne ratez en aucun cas les marchés des environs. Une merveilleuse occasion de découvrir les traditions locales dans un grand enchantement de couleurs, d’odeurs, de sourires. Les marchés sont toujours des endroits chaleureux, dont les habitants profitent pour se rencontrer, partager un verre, une soupe… Les jeunes filles revêtent leurs plus beaux atours. Dès l’aurore, l’animation bat sont plein. Essayez le marché de Dong Van ou Meo Vac le dimanche… Un régal pour les yeux ! Et assez peu de touristes s’y rendent finalement, contre toute attente.

Au marché de Meo Vac, on sort ses plus beaux costumes. Ici, une femme Dao

Au marché de Meo Vac, on sort ses plus beaux costumes. Ici, une femme Dao


Nous avons également atterri par hasard au joli marché de Lung Phin, qui nous a beaucoup plut ! Mais il faut être bien renseigné, car il ouvre seulement les jours du tigre et du singe (qu’entendent-ils par là ?) ! Il y a aussi celui de Yen Minh… Et bien d’autres encore. On y vend toutes sortes de marchandises, des vêtements aux ustensiles en plastiques, des légumes aux vaches, aux cochons et aux chiens… dont les vietnamiens sont friands ! On ne peut que rester fasciné par la profusion de détails et de vie qui régit ces marchés formidables !

Les curiosités de la région d’Ha Giang

La région ne propose pas uniquement des paysages à couper le souffle et des rencontres avec des habitants chaleureux. Si cela ne suffisait pas, d’autres curiosités viennent compléter ce coin extraordinaire.
Il y a par exemple le palais fortifié de l’ancien roi des Hmongs, près de Dong Van. Lové dans le creux verdoyant d’une vallée, il est tout simplement magnifique. Les boiseries et l’architecture des lieux, subtil mélange de l’art traditionnel Hmong et chinois, valent absolument le détour.

Le palais du roi Hmong

Le palais du roi Hmong


Si vous vous approchez de la frontière chinoise, vers le petit village de Lung Cu pour être plus précis, vous verrez peut-être un drapeau vietnamien de proportions un tant soit peu disproportionnées juché de manière arrogante en haut d’une tour gigantesque sur le sommet de la montagne du Dragon…  Officiellement, le fier monument sert à démarquer le point le plus septentrional du Vietnam. Officieusement, et de manière pas forcément très subtile comme on peut le noter, ce drapeau constitue un pied-de-nez très effronté au gouvernement chinois ! Histoire de bien leur signifier de ne jamais remettre les pieds au Vietnam. Ah, mais !  Le territoire fut en effet très longtemps dominé par son gourmand voisin. Sachez que ce lieu de souveraineté nationale se visite et, qu’une fois escaladé ses 389 marches, le touriste bénéficie d’une vue pas désagréable du tout sur toute la région ! Non loin se trouvent également de très charmants villages Lolos, pour se désaltérer après tout ce sport.

Et puis bien sur, il y a le fameux lac Ba Be, dont la beauté lui doit sa réputation, mais voyez vous, nous n’avons pas eu le temps d’y mettre les pieds ! Nous comptons sur vous pour nous dire si ça vaut le détour !

Il y a fort à faire dans cette belle région, comme vous pouvez le constater. Encore un peu hors des sentiers battus, c’est le moment de partir à sa découverte ! Découvrez l’itinéraire que nous vous conseillons pour passer quelques jours magiques.

A bientôt

M. & Mme Shoes


Informations / Bons plans :

Retrouvez toutes les infos sur notre article dédié au road trip dans la région de Ha Giang


Visages d’Asie

Bon, autant vous dire qu’avec autant de marchés ethniques et de beaux visages, nous n’avons pas pu nous empêcher de vouloir tous vous les montrer…

Cet article comporte 7 commentaires
  1. mais c’est encore de très jolis paysages tout ça, et la lumière qui va avec!!

    et un paquet de superbes portraits… A mon avis, dentiste au Vietnam, c’est THE métier d’avenir 🙂

    3 ans, une machette? le problème c’est qu’il n’a que 3 ans justement, du coup il est trop petit pour porter une faux 😀

  2. La plus belle plaidoirie de Quentin pour nous faire croire qu’il a été obligé de boire de l’alcool…!!! :
    « J’pouvais pas dire « non », M’sieur le Juge, j’vous jure!!!… »
    Le Juge, dans sa grande clémence, a dit:
    « Vous nous avez rapporté un magnifique récit et je note des circonstances atténuantes, …vous êtes acquitté! »
    …Et le public a applaudi!

  3. Toujours sans voie après tant de beauté ! ! ! ! ! ! !THE SKY GATE ET LE MARCHE DE DONG VAN LES PORTRAIS AUSSI ENFIN TOUT.
    MERCI DE CE PARTAGE

  4. Bonjour les enfants encore un très beau récit et de belles photos belles routes sinueuses mais le paysage vaut le coup d’œil contente d’avoir eu de vos nouvelles
    Gros bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rechercher