Ah, l’Iran… Ce pays des milles et unes nuits vous fait de l’œil depuis un petit moment déjà (et vous avez bien raison), vous avez déjà acheté vos billets d’avion et vous pensez à faire vos valise. Mais en tant que femmes, vous vous posez encore quelques questions. Par exemple, en vrac : Que mettre dans sa valise exactement ? Comment porter le voile ? Et si on a ses règles ? Quelles sont les conditions d’hygiène en Iran ? Est-ce sans danger de voyager seule ? Quels sont les codes à respecter pour ne pas commettre d’impairs ? Toutes ces questions peuvent être source de stress avant le départ. Je vous confie ici mon retour d’expérience, ainsi que les précieux conseils qui m’ont été promulgués par Maryam, mon amie iranienne.

Habillement

Comme vous le savez, la loi islamique impose aux iraniens un code vestimentaire rigoureux en publique, où toutes les parties du corps doivent être couvertes à l’exception du visage, des mains et des pieds. Bonne nouvelle : vous pouvez emmener une paire de sandales !! Mauvaise nouvelle : il faudra vous accoutumer à porter un haut à manche longue dans ce pays où la chaleur a souvent le poids d’une tonne de briques !

Dans votre valise, il vous faudra impérativement emporter :

  • Un ou deux foulards
  • Deux tee-shirts à manches longues, si possible en laine mérinos, car cette matière est thermorégulée et naturellement anti-bactérienne (en clair, vous ne mourrez pas de chaud et vous ne sentirez pas la chèvre ).
  • Une veste ou chemise longue qui descend au moins jusqu’à mi-cuisse. Prenez la matière la plus fine et légère que vous pourrez trouver. Primo, pour les raisons dues à la chaleur évoquées plus haut. Deuzio, comme ça si elle est sale, vous pouvez la laver le soir et elle sera sèche au matin ! Dernier détail, elle doit pouvoir se fermer (présence de boutons, fermeture éclair, épingle à nourrice…).
  • Deux pantalons (ou jupe) supers légers et le moins moulants possible. Vous aurez compris, il s’agit de cacher au maximum votre formes obscènes tout en crevant le moins de chaud possible !

Sinon, vous êtes autorisées à vous maquiller tant que vous voulez. Vous verrez, les iraniennes sont en général super coquettes !

Dans les lieux religieux, le chador est souvent obligatoire. Pour info, le chador iranien est une grande pièce de tissu qui doit envelopper votre corps, des cheveux jusqu’aux pieds. Pas besoin d’emmener votre housse de couette dans votre valise, de gentilles dames vous attendent aux entrées réservées aux femmes. Elles se chargent de vous fournir gratuitement de grands draps appropriés et vous expliquent même comment les mettre. Un petit (immense !) conseil : si vous avez le malheur de vous balader avec votre gros sac à dos, demandez leur de le garder durant le temps de votre visite. Ça vous évitera de déclencher des émeutes de gens hilares et de vous ridiculiser de manière parfaitement ostentatoire en passant pour une chamelle neurasthénique ! Voyez plutôt la photo du dessous…

Chador et sac à dos à Shiraz

Chador et sac à dos à Shiraz

Porter le voile

En farsi, on l’appelle hidjab ou encore roussari. Et il sera votre compagnon imposé pendant toute la durée de votre voyage !

Tout d’abord, il faut bien savoir quels foulards emporter avec vous. Il va vous falloir faire des tests avant le départ ! Déjà, il faut qu’il soit bien large et long de manière à bien vous couvrir la tête, voir les épaules si besoin. Ensuite, pensez à l’aspect chaleur. Ce machin tient horriblement chaud, croyez moi. Choisissez une matière légère. Mais pas que ! Vous allez vite découvrir que certaines matières tiennent bien en place, alors que d’autres pas du tout ! Si vous ne voulez pas passer votre séjour en stress à vous demander si vous avez toujours votre voile sur la tête ou pas, préférerez des matières qui accrochent un peu au lieu de tissus super lisses.

Ensuite, il y a deux façons de porter le voile sans trop se casser la tête :

Port du voile en Iran pour les femmes touristes - Les 2 styles

Port du voile en Iran pour les femmes touristes – Les 2 styles

Ne vous en faites pas si vous vous rendez compte que vous avez 50 000 fois moins la classe que les iraniennes avec votre roussari. Il faut dire aussi que la plupart ont trouvé le moyen de contourner l’interdit en le transformant en infaillible accessoire de mode, qu’elles portent avec une incontestable classe. Il vous manque juste un peu d’expérience, c’est tout ! 😉

Codes de conduite

Il y a différents codes de conduite à connaître avant d’arriver dans le pays. Déjà, les hommes et les femmes sont sensés n’avoir aucun contact entre eux. Dans la pratique, ça veut dire qu’on ne peut pas tenir la main de son compagnon et encore moins l’embrasser en publique (Fi des grosses pelles baveuses !). Lorsqu’on rencontre un homme dans la rue, en théorie on ne peut même pas lui serrer la main. En réalité, cela dépend des gens et de leur niveau de croyance. Ce que je faisais, c’est que j’attendais que l’homme fasse le premier pas. S’il tendait la main, je tendait la main. S’il s’avançait pour me faire la bise, je tendais la joue. Sinon, j’optais pour le hochement de tête, qui n’engage à rien.

Le métro de Téhéran est considéré mixte. Mais des wagons réservés aux femmes sont mit à la disposition de celles qui ne se sentiraient pas à l’aise d’être collées aux membres du sexe opposé pendant les heures de pointe. De fait, il y a peu de femmes dans les wagons mixtes.

Le bus de ville, par contre, n’est pas mixte du tout. La partie avant est réservée aux hommes et la partie arrière aux femmes. Et c’est bien séparé par une barre métallique ! Ça vous oblige à descendre du bus à la fin de votre trajet pour remonter à l’avant payer le chauffeur ! Très pratique… Parfois, si vous avez de la chance, vous pouvez monter dans un bus où la donne est inversée et où vous serez assise à l’avant loin des bruits du moteur. Dans les cars qui font de plus longues distances, par contre, on peut s’assoir où l’on veut.

Dans les ambassades et autres lieux administratifs, ils sont un peu plus à cheval sur la tenue que dans la rue. Rangez bien vos cheveux dans votre foulard, et fermez votre veste !

Beaucoup de lieux ont deux entrées. Une pour les femmes et une pour les hommes. Les toilettes, évidemment, certaines gares, administrations et mosquées bien sur.

Cela dit, gardez en tête que les iraniens sont super tolérants envers les touristes et que même si vous faites des bourdes ou que vous perdez votre voile dans la rue, personne ne vous en tiendra rigueur. On viendra peut être juste vous le signaler gentiment !

Pensez quand même à essayer d’appliquer le code de politesse perse autant que possible au quotidien (même si c’est hyper dur) pour ne pas passer pour une malpolie de première catégorie (pensez à l’image de la France, que diable 😀 )! Il s’agit de ce fameux taarof dont on parle tant… Mais qu’est ce que c’est au juste ? Et bien, si vous souhaitez le savoir, je vous invite à consulter cet autre article pour en apprendre davantage

Voyager seule

L’Iran semble n’être ni moins dangereux ni moins sûr qu’ailleurs. Je n’ai pas vécu moi même cette expérience mais nous avons rencontré des tas de filles qui voyageaient seules dans le pays et qui n’ont eu aucun soucis. Comme d’habitude, faites gaffe à vos miches, respectez les codes vestimentaires et évitez de sortir seule la nuit, mais visiblement pas besoin de psychoter pour autant.

Avoir ses règles en Iran

Ben oui, quoi. C’est une vraie question, non ? Une question qui en tout cas m’a inquiétée avant le départ. A quel point est-ce tabou d’avoir ses règles en Iran ? Y a-t-il beaucoup de toilettes publiques ? Sont-elles propres ? Que trouve-t-on comme protections périodiques au cas où on a un imprévu ?

Déjà, mémorisez cette phrase fort utile : « Bébarchid, dastchoui kodjast ? » (excusez-moi, où sont les toilettes ?)

Sachez aussi que vous ne trouverez (pratiquement) pas de toilettes à l’européenne en Iran. Il n’y a (sauf rares exceptions) que des toilettes turques. Notre vision des toilettes turques se résume aux machins dégueulasses et pestilentiels qu’on trouve encore sur certaines aires d’autoroute de France. Par conséquent, il est généralement ancré que les toilettes turques sont cradingues. Pourtant, ce sont mes toilettes favorites en voyage, car je les considère réellement comme les plus hygiéniques. Au moins notre popotin ne risque vraiment pas de rentrer en contact avec une cuvette publique immonde inondée de pisse et c’est beaucoup moins fatiguant pour les cuisses. A noter qu’en général, les iraniens sont hyper à cheval sur l’hygiène. Ils passent leur temps à se laver les mains et l’environnement général est très propre. Les toilettes suivent la donne et sont généralement nettoyées régulièrement au désinfectant. L’autre bonne nouvelle, c’est qu’il y a des toilettes publiques un peu partout et en cas d’urgence, si vous demandez des « dastchoui » à n’importe qui dans la rue, il se fera un plaisir de vous aider à trouver les plus proches, fussent-elles celles d’un particulier.

Par contre, vous trouverez très rarement du papier toilette dans les WC iraniens. Vous ne trouverez parfois même pas de poubelles ! Et il est formellement interdit de jeter ses détritus au fond des toilettes, car ça risquerait de boucher les canalisations. D’après ce que j’ai compris, les femmes gardent leurs protections usagées dans leurs sacs en l’absence de poubelles dans les toilettes, et attendent d’être rentrées chez elles pour les jeter… Ou bien elles s’arrangent pour trouver des toilettes avec poubelles !! L’absence de papier s’explique par la présence d’un petit tuyau situé sur le mur de droite à coté des toilettes… Ce petit tuyau mystérieux est relié à un robinet et sert en fait à vous rincer les fesses et la coquillette quand vous avez finit votre affaire. Un peu bizarre au début, certes, mais j’ai finit par complètement l’adopter à la longue et songe même maintenant à en installer un à la maison !

Donc, pour résumer, toujours prévoir un paquet de mouchoirs ou du PQ de secours au fond de sa poche, et un sac plastique pour pouvoir mettre les protections periodiques usagées en cas d’absence de poubelle. Les femmes iraniennes se protègent comme chez nous avec des serviettes et des tampons, vous n’aurez donc aucun mal à en trouver dans le commerce. Pour ma part, j’avais choisi de partir avec une cup, et je n’ai pas du tout regretté ce choix ! En effet, on peut la rincer facilement grâce au fameux petit tuyau et on ne produit aucuns déchets embarrassants…

Voilà. J’espère que vous aurez trouvé ici des infos utiles. Comme d’hab, n’hésitez pas à partager votre expérience en commentaire pour compléter cet article. Toute information est bonne à prendre !

Bon voyage !

Voyager seule en Iran en tant que femme, tenue vestimentaire

Voyager seule en Iran en tant que femme, tenue vestimentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rechercher