Flag_english

Mandalay la polluée, Mandalay l’urbaine, Mandalay la bruyante… Mais pas que ! De chouettes merveilles sont à découvrir autour la grande ville birmane. Nous partons en goguette, agrippant fermement le guidon de nos scooters à vitesse de location et slalomant (risquant nos vies ! Oui, oui, au moins ça), au milieu d’un trafic dense et chaotique !

Inwa

A quelques encablures de la ville se trouve une des anciennes capitales impériales du Myanmar : Inwa. Nous nous y rendons en longeant l’Irrawaddy, le fleuve mythique du pays. La pauvreté nous saute aux yeux. Peut-être moins grande que celle dont nous avons été témoins en nous rendant à Mrauk U dans l’ouest près du Bangladesh, mais plus choquante encore ici que dans le reste du pays, car elle cohabite de près avec l’abondance et les lumières brillantes de Mandalay. Des malheureux vivent entassés et crasseux dans des ersatz de bidonvilles, entourés de monticules de détritus. Nous vivons vraiment à l’ère du plastique. Il couvre le pays, s’entasse et s’effiloche, on le trouve abandonné sous toutes ses formes, partout, partout, partout… C’est affligeant.

Une grosse pagode cubique à Inwa, et un groupe de birmans en pleine séance de dressage de chevaux

Une grosse pagode cubique à Inwa, et un groupe de birmans en pleine séance de dressage de chevaux

Nous finissons enfin par arriver à Inwa après une petite heure de route. Nous y trouvons de beaux remparts et des ruines sympas rappelant parfois celles de Bagan. Le coin est plutôt agréable et joli, nous y passerons une bonne partie de la journée. Un petit tour dans un antique temple croulant, puis autour d’une tour de guet biscornue, et enfin une visite à un Bouddha serein assis au milieu des ruines sous la ramure d’un arbre centenaire nous permettent de repartir avec de beaux clichés.
Mais le clou du spectacle à Inwa, c’est le splendide monastère de Bagaya entièrement construit en teck. Un régal pour les yeux et les sens, avec ses colonnes sombres et ses odeurs de bois chaud. Magnifique !

Le monastère en teck de Bagaya, à Inwa

Le monastère en teck de Bagaya, à Inwa


Le pont d’U Bein, petit coin de paradis au cœur de Mandalay

Sur le chemin du retour, nous faisons un arrêt obligé au fameux U Bein Bridge, le plus grand pont en teck de la planète. Il offre un environnement particulièrement splendide au coucher du soleil, que de nombreux photographes ont essayé de capturer. A notre tour ! C’est d’abord un réel plaisir d’observer le manège des pêcheurs qui s’activent sous le pont dans la lumière du soir. Le soleil irise la peau mordorée des plongeurs d’éclats d’argent alors qu’ils émergent de l’eau, et découpe nettement dans le lointain la silhouette des pêcheurs au filet. Hypnotisant !

Les alentours d’U Bein, vue depuis le pont

Les alentours d’U Bein, vue depuis le pont


Nous prenons position sur une petite langue de terre, alors que le monde afflue sur le pont pour contempler le spectacle final. Pour une fois la foule nous ravit car, depuis notre point de vue, elle crée une belle harmonie de silhouettes sombres sur fond de lumière aurifère. Le coucher de soleil sera glorieux ce soir, brillant et fastueux, pour finir enveloppé dans un velouté de couleurs délicates. Quel souvenir sensationnel !

Un pêcheur rentre du boulot en fin d’après-midi à U Bein

Un pêcheur rentre du boulot en fin d’après-midi à U Bein


Mingun

A 11km au nord de Mandalay, sur la rive droite de l’Irrawaddy, se trouve la ville de Mingun. Nous nous y rendons en bateau, profitant d’une heure de balade sur les flots de la rivière. Mais avant de monter à bord, en attendant le départ, nous déambulons sur les docks boueux, royaume de la pauvreté et du plastique une fois de plus. Des birmans font des allers-retours sur une planche en bois, avec 100kg sur les épaules pour décharger un cargo rouillé. Un homme porte d’énormes tonneaux rouillés eux aussi, des enfants jouent avec des détritus à proximité des habitations de fortune construites à base de bâches, tôle et carcasses de voiture…

L’attraction principale de Mingun est la fameuse pagode inachevée Pahtodawgyi. Un roi mégalo (un roi quoi…) voulut entrer dans l’Histoire en construisant la plus grande pagode du monde. Mais les travaux furent abandonnés alors qu’il n’avait fait construire que la base. Un puissant tremblement de terre larda l’ouvrage de coups répétés et sauvages en 1839, ouvrant sur ses flancs des fissures aussi graphiques qu’impressionnantes ! Oui oui, ce que l’on voit là, ce cube de briques de 50m de haut n’est que la base (un tiers du projet initial) qui devait recevoir le reste de la construction titanesque. La vue depuis son sommet est plutôt pas mal non plus, comme vous pouvez le constater…

Pahtodawgyi, la pagode de Mingun, le plus gros tas de brique du monde

Pahtodawgyi, la pagode de Mingun, le plus gros tas de brique du monde


Entre autres curiosités, on peut aussi voir à Mingun une cloche géante, ou encore un temple tout blanc et frivole qui pourrait s’aventurer dans un concours de meringue avec notre Sacré-Cœur. On peut tout faire à pied à Mingun, mais certains choisissent néanmoins d’emprunter un « taxi » pour le moins original…

Le palais royal

Si vous avez le temps, le palais royal offre une opportunité de visite assez intéressante. Bon soyons honnête, ce n’est peut-être pas le palais le plus impressionnant ou le plus beau que nous ayons pu voir en Asie, mais les différents bâtiments du complexe sont assez jolis. Entre rouge profond et jaune doré, la balade vaut le détour. Nous avons particulièrement aimé monter au sommet de la tour de guet qui offre une vue panoramique sur l’ensemble harmonieux des toits du palais.

Vue depuis la tour de guet du palais royal de Mandalay

Vue depuis la tour de guet du palais royal de Mandalay


Le train

Malheureusement notre séjour au Myanmar touche déjà à sa fin. Le retour à « la ville » après notre séjour dans les montagnes de Mindat, ce sanctuaire des femmes Chin au visage tatoué, fut brutal, mais nous avons finalement apprécié ce séjour urbain à Mandalay, qui regorge également de beautés. Pour sortir du pays, deux choix s’offrent à nous : un billet d’avion qui nous permettrait de rallier Bangkok en deux heures à peine, ou un ticket de train, suivit d’un autre ticket de train puis d’un ou deux tickets de bus qui nous mèneraient à la capitale Thaïlandaise en… 3 jours ! Comme nous n’en avons pas eu assez de subir l’inconfort indéniable des transports birmans et que nous avons l’esprit (c’est bien connu) tout à fait rationnel, nous optons sans hésiter pour la deuxième solution. Le premier trajet de 10 h se fait en première classe. Grand luxe s’il vous plaît ! Les sièges sont plutôt moelleux, vert-pastel-myanmar, et on peut sortir gaiement la tête par la fenêtre grande ouverte comme un chien tout foufou pour profiter au maximum de la poussière et de la beauté renversante des paysages. Tchou tchou !

En attendant le départ… Une famille birmane dans le train à la gare de Mandalay

En attendant le départ… Une famille birmane dans le train à la gare de Mandalay


Le deuxième trajet (d’une quinzaine d’heures cette fois-ci) se fait en economy class. Le wagon première classe était complètement complet, hélas. Mais attention, l’economy class, ce n’est pas la seconde classe de chez nous. Non non non ! Il y a un monde gigantesque entre les deux ici ! Notre wagon est en bois, peint en vert lui aussi, tout comme l’est d’ailleurs notre siège (oui, le siège, il est vert et en bois, suivez un peu bon sang de bois !), ce qui évidemment n’arrange pas le grincement de nos lombaires. Oui, car on a oublié de vous le préciser, mais sachez que les trains birmans sont comme montés sur ressorts. Ils bondissent et rebondissent à n’en plus finir sur les rails, menaçant à chaque virage de sortir de la voie pour se jeter dans la cambrousse.

Dans le train entre Yagoon et Hpa An, en économy class

Dans le train entre Yagoon et Hpa An, en économy class


Mais finalement, contre toute attente, tout se passera bien et nous arriverons à bon port en un seul morceau.  Allez, plus que 14 heures de bus et nous serons à Bangkok en train d’engloutir un pad thaï ! Bye bye Myanmar !

A bientôt

M. & Mme Shoes


Visages d’Asie

Cet article comporte 13 commentaires
  1. Bonjour les enfants .En ce moment certains français au lieu de manifester devraient aller voir la misère dans d’autre pays ils apprécieraient peut-être mieux.ce qu’ils possèdent .Moi j’aime toujours vos temples et leurs couleurs celui de Bagaya avec l’intérieur En teck superbe Madalay j’aime aussi quant au train
    Chapeau faut le faire bonne suite bisous

  2. Comme d’habitude tout est magnifique.
    La pin up me plait bien ! ! ! ! !Le monastère en teck et ces colonnes impressionnant
    Le pont U BEIN toujours en teck avec ces ombres ((chinoises)) Le pécheur claquant l’eau ((superbe)).
    La meringue est en quoi béton peint ! ! ! ! Et l’autre pagode ((ouverte au public))La vue du toit rien a dire le tout en briques celle la.
    Gentils fous prenez soins de vous.
    TENDREMENT

  3. Comme d’habitude super joli!!!!
    Mais les banquettes du train sont-elles plutôt vertes ou plutôt bleues ? c’est la question qui me rappelle un certain vieux kangoo de notre viel ami… mon avis est plutôt bleues et vous ?
    Autrement je suis un peu d’accord avec Mamie nos conditions de vie sont sans doute un peu meilleures qu’au Myanmar… mais peut-on vraiment comparer tout est tellement différent ?
    Bisous

  4. @Christian : Je pense que c’est béton la grosse meringue oui.

    @Nanou : vert, bleu… Ouais, foutu Kangoo tiens ! Nous on dit que c’est plutôt vert, et comme c’est nous qu’on raconte, ben c’est nous qu’on a raison, voilà ! Et tu as raison, on ne peut pas comparer, c’est à des lieues de notre société, tellement différent… Nos conditions de vie ne sont pas un peu meilleures, mais extrêmement meilleures, même pour les plus pauvres de chez nous !

  5. Bonjour les enfants
    Votre récit toujours aussi intéressant , quel exploit . Le train quand je pense que nous rouspetons si le t g v à cinq minutes de retard .
    Et maintenant qu’elle destination ,??? Bonne route et bises à vous deux .

  6. moi je pense que les sièges du train ont du être verts avnt d’être bleus ou l’inverse!!

    merci come toujours pour ce depaysement et ses photos

    et puis que Mamie a raison…..

    gros bisous

  7. superbes photos du coucher de soleil sur le pont!

    bleu… vert… vous avez qu’à faire des photos en noir et blanc, ça règlera le problème 😀 (mais je suis assez d’accord avec la théorie de papou sur leur couleur finalement!)

    c’est original les vieux camions pourris transformés en maison… mais ils transportent quoi dans leurs « marmites » en bidon les dockers?

    A bientôt.

    bises

  8. Super récit.
    Vos photos sont magnifiques également, j’adore !
    Quel appareil photo utilisez vous? 🙂 (Je ne me rappel pas si je vous ai deja posé la question lol)
    Hate de lire les prochains articles ^^

  9. Toujours un plaisir de lire votre périple et de mater vos superbes photos.
    C’est beau d’avoir 20 ans…. Quoi ? Vous ne les avez plus ??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rechercher