Flag_english

Mindat, dans l’état de Chin, à l’ouest de Mandalay. Petite bourgade perdue dans les montagnes de cette région reculée du Myanmar, apparemment ouverte aux étrangers depuis l’année dernière tout juste, et où vivent encore de fascinantes femmes aux visage tatoué. Encore peu touristique, cela contraste avec les temples de Bagan où nous étions encore hier ! C’est aussi devenu… Notre coin préféré du Myanmar !

Au royaume des femmes tatouées

Nous nous réveillons ce matin avec une vue saisissante sur les courbes lascives des montagnes alentour. Il fait un tantinet frisquet, l’altitude et l’hiver nous ont fait ressortir les cache-nez. Le pauvre Quentin est cloué au lit par une violente tourista, tout ce qu’il y a de plus dégueulasse et perfide. Mariette, la goutte au nez, décide de laisser son cher et tendre prendre un peu de repos et s’en va donc explorer les environs accompagnée de Steffen, fidèle compagnon de route, qui pour sa part se remet à peine d’une infection affligeante de l’œil droit. Halala quelle fine équipe de bras cassés !

Lever de soleil sur les montagnes de Mindat

Lever de soleil sur les montagnes de Mindat

Avec Steffen, nous décidons de nous immiscer dans la vie locale et emboitons le pas à une cohorte de petites dames voilées. Nous avons entendu dire qu’il existait ici une large communauté catholique. Eh oui, les pères des missions étrangères de Paris ne sont pas passés que par la vallée du Mékong dans le plateau tibétain au Yunnan. Ils sont aussi passés par là ! Avec un peu de chance, nous pourrons peut-être assister à une messe… Bingo ! Nous voilà au cœur d’une célébration « catholique romaine », comme tiennent à nous le préciser nos voisins de banc. Et pas des moindres, car aujourd’hui, on fête les rois mages ! Pas franchement férus de sermons (surtout que ceux-là sont en birman, non sous-titrés), nous abandonnons bien vite l’obscurité de la petite église pour retrouver le parvis et la kyrielle d’enfants espiègles qui jouent en attendant leurs parents. A la vitesse de l’éclair, ils nous entourent et se bidonnent. Les cheveux flamboyants de notre ami font sensation. Ils n’avaient jamais rien vu de tel ! Nous patientons au soleil en attendant la fin de la cérémonie et la sortie de la petite foule.

Les enfants jouent durant le déroulement de la cérémonieC’est un peu la cohue, à la sortie de la messe. Nous y voyons nos premières grand-mères au visage tatoué. Captivantes ! Quelle est leur histoire? Un petit homme nous aborde alors en anglais. Il est instituteur. Il nous guide jusque sur le toit d’un immeuble en construction, d’où nous pouvons admirer une belle vue sur l’église et les montagnes alentours. En chemin, il nous raconte :

Au temps des rois du Myanmar, les têtes couronnées avaient pour habitude de sillonner le pays à la recherche de belles jeunes femmes. Celles qui attiraient leur regard étaient arrachées à leurs familles et venaient grandir le harem des souverains. Les femmes du comté de Chin sont réputées depuis la nuit des temps pour leur grande beauté (et on ne saurait le contredire sur ce point). Alors, pour éviter qu’elles ne se fassent enlever par la famille royale, leurs visages étaient tatoués, les rendant ainsi laides et repoussantes.

Nul n’aurait idée d’appeler ces femmes « laides et repoussantes », rétorquons-nous. Elles sont au contraire encore plus fascinantes et magnifiques ainsi !

Chaque village ou groupe tatouait ses propres motifs, poursuit-il. Mais aujourd’hui, la tradition se perd. Les femmes ne se font plus tatouer le visage. Ça va complètement à l’encontre de la condition de la femme, vous savez ! De nos jours, les femmes ont retrouvé leur droit à la beauté !

A l’hôtel, nous retrouvons Quentin en grande conversation avec… Le docteur ! Le jeune homme, sympa et dynamique, lui a refilé toute une pharmacie qui le remettra sur pattes en un rien de temps ! Il nous propose de nous joindre à lui et à sa famille dans l’après-midi, pour aller découvrir le monastère bouddhiste de Mindat. Chose dite, chose faite, et nous embarquons quelques heures plus tard à bord d’une petite jeep verte à destination du monastère. En chemin, nous faisons plus ample connaissance avec notre jeune docteur, ainsi qu’avec son père. Ils  nous racontent leurs projets et la vie au Myanmar et nous promettent ensuite de nous faire rencontrer la plus célèbre des femmes tatouées de la région ! Voilà qui est intriguant !
Quant au monastère, il n’est pas des plus transcendants, mais vaut largement le détour pour une chose : son point de vue !

Depuis le haut du monastère de Mindat, point culminant du village.

Depuis le haut du monastère de Mindat, point culminant du village.

Comme convenu, nous rencontrons Daw Yaw Hting, la star de Mindat. Elle est avertie de notre arrivée. Ses petites filles nous font patienter à l’extérieur de la maison alors qu’elle s’apprête. Lorsqu’elle fait son apparition, toute parée, sublime comme une reine, nous la reconnaissons au premier coup d’œil. Nous avons vu déjà vu des clichés d’elle ! Nous savons que des photographes sont déjà venus de très loin pour la rencontrer et la photographier. Elle est dans des magazines et sur des calendriers ! Par l’intermédiaire de ses petites filles, elle nous dit être honorée de notre visite. Tout confondus et intimidés, nous bafouillons. Heuuu mais non, non, non c’est nous qui sommes honorés, très honorés, votre grandeur ! Elle a réellement des allures de souveraine. Une petite souveraine de 88 ans, à la peau parcheminée et au pieds nus, aux cheveux gris et aux yeux brillants d’espièglerie. Nous tombons sous son charme. C’est alors qu’elle sort une longue flûte de bois et se met à nous jouer un air… Avec son nez ! Ambiance.

Daw Yaw Hting, 88 ans, l’une des dernières femmes au visage tatoué à jouer de la flûte avec son nez !

Daw Yaw Hting, 88 ans, l’une des dernières femmes au visage tatoué à jouer de la flûte avec son nez !


Dans les rues de Mindat

Le lendemain, nous tentons de nous rendre au marché, lieu toujours privilégié pour qui veut observer la vie locale. Seulement sur la route, nous sommes détournés de notre objectif par une curieuse agitation. Un mariage ! Nous nous approchons. On nous invite bientôt à rencontrer les heureux époux. Enfin heureux… On ne peut pas dire qu’ils aient l’air formidablement enthousiastes à l’idée de convoler, les tourtereaux. L’heureuse élue affiche un sourire forcée, quant au jeune homme, on dirait qu’il est en route pour le bagne… Ça ne fait rien, les parents ont l’air ravi, et on nous sert d’office un gargantuesque petit déjeuner à base de curry épicé en diffusant de la pop birmane à fond. Si nous n’étions pas bien réveillés, maintenant nous le sommes ! A la sortie du mariage, nous zonons un peu parmi les invités et ceux qui zonent par là pour capturer quelques visages :

Il est encore temps de nous rendre au marché. L’occasion pour nous de rencontrer de nouveaux personnages haut en couleur. Si certains refusent l’attention de nos objectifs, la plupart est tout à fait ravie de se faire tirer le portrait. Surtout lorsqu’on leur montre le résultat !

Superbe femme de Chin au visage tatoué, dans les rues de Mindat

Superbe femme de Chin au visage tatoué, dans les rues de Mindat


Pendant le reste de la journée, nous déambulons tout simplement au gré du vent dans les ruelles de la ville tout en abordant les locaux souvent assez étonnés de nous trouver devant le pas de leur portes. Plutôt que de longs discours, on vous laisse admirer ces quelques images et portraits…

Une belle maman et ses deux fils

Une belle maman et ses deux fils


Mindat est aussi réputé pour ses treks et excursions dans les montagnes, notamment vers le mont Victoria, point culminant de l’état de Chin. Mais la maladie de Quentin nous empêchera d’aller nous balader en dehors du village. En revanche nous aurons tout notre temps pour bien s’imprégner de l’ambiance de Mindat, d’y rencontrer de nombreux locaux en partageant quelques moments de leur vie, d’assister à la sélection des membres des équipes d’un match de foot (au concours de tirage à la corde), et surtout nous aurons le loisir de retourner sur le toit de l’immeuble abandonné à côté de l’église et d’y admirer les sublimes couleurs du crépuscule naissant.

Sur le toit d’un immeuble abandonné, le café sèche tandis que nous observons le coucher de soleil sur le Mt Victoria

Sur le toit d’un immeuble abandonné, le café sèche tandis que nous observons le coucher de soleil sur le Mt Victoria


Alors, vous comprenez maintenant pourquoi Mindat est un de nos petits chouchous de Myanmar ? La prochaine fois, on vous emmènera visiter les merveilles de Mandalay ! Ce n’est pas mal non plus…

A bientôt !

M. & Mme Shoes


Visages d’Asie


Bons plans / Infos pratiques :

Se rendre à Mindat :

  • Emplacement de la gare routière pour Mindat à PakokkuDepuis Bagan : peu après le marché, prenez un bus local sous l’arbre près du rond-point (remarquez ces informations extrêmement professionnelles !). En 1 heure il vous enmènera à Pakokku. Il y a visiblement 3 départs par jour, mais compte tenu du retard de notre bus sur l’heure annoncée et la fiabilité des transports birmans mieux vaut mener votre enquête vous-même et prendre de l’avance. A Pakokku, la difficulté sera de trouver la gare routière d’où partent les bus pour Mindat (voir photo jointe). Ce n’est pas celle où vous serez déposés. De là un mini-van part à 15:30 et il semblerait qu’un gros bus climatisé parte chaque matin à 06h30.
  • Depuis Mandalay : Nous n’avons pas fait le trajet dans le sens Mandalay – Mindat, mais l’avons fait dans l’autre sens en direct. Il est donc fort probable qu’un mini-van relie les deux villes régulièrement.

Dormir à Mindat :

  • Mo Pi Guesthouse à l’entrée du village propose des chambres correctes pour 20$/personne. Il y a une douche commune froide. Ce n’est pas bon marché, mais c’est probablement le meilleur rapport qualité/prix à Mindat. Il existe une autre guesthouse à 10$/personne, mais sale et sans douches. Oubliez Internet à Mindat. Le petit déjeuner est inclu et composé de café instantané, biscuits industriels, et beignets frais.
    Le très bon point de Mo Pi Guesthouse c’est son adorable réceptionniste qui parle anglais et qui se pliera en 4 pour vous aider, quoi que vous vouliez faire dans la région.
    N°25 Main Road
    East Qr.
    Mindat Myo

Manger à Mindat :

  • The Salt est un nouveau restaurant alliant cuisine Chin et française. La nourriture y est très bonne et originale. Ça vaut le détour, c’est probablement le meilleur restaurant à Mindat, mais ne vous attendez pas à du gastro ! Si les prix ne sont pas trop élevés, ce n’est pas pour autant nécessairement bon marché considérant la quantité dans l’assiette.
    Kho Nu M’Htung Street
    In front of Kum Hti Hall
    San Pya Quarter
    Mindat
    Tel : 070-70304 / 09440361109

Trekker dans la région de Mindat et dans l’état de Chin

  • Mt Victoria Trekker est une agence gérée par le jeune sympathique et dynamique Naing Kee Shein, LE meilleur guide de la région. Il est LA référence, tout le monde le connait, et il connait tout le monde. Il a créé plusieurs treks dans la région, connait les petits villages, les traditions, et tous les secrets de la province de Chin. Il parle le dialecte Chin, le birman et un anglais presque parfait.
    Il est à l’origine de la création d’un grand chemin de trek entre Mindat et Mrauk U, il peut organiser et guider une expédition pour vous sur ce chemin, si vous en avez les moyens.
    Il a également déjà organisé et guidé des expéditions pour photographes professionnels.
    Ses frères travaillent aussi pour l’agence et parlent anglais, mais nous avons eu des retours moins bons à leur propos…
    Facebook : Mt Victoria Trekker

Cet article comporte 12 commentaires
  1. jolies photos, encore une fois! j’aime bien le vélo vu du dessus, et la vue de la chambre d’hôtel.

    et elles ont l’air sympa les « boucles » d’oreille de la super grandmère (mais pas forcément très facile à porter tous les jours…)

  2. Le rire chafouin de Daw Yaw Hting…Un plaisir…Encore de supers souvenirs partagés…Malgré les problèmes de santé…Magnifique portrait de famille en noir et blanc…
    Bises

  3. Hello,

    On est à Mandalay et on va à bagan avant d’aller à Mindat.

    On galère un peu pour trouver les infos pour les bus.

    Vous avez pris lequel au départ de Pakokku et à quelle heure vous êtes arrivés à Mindat?

    Merci!!!

    1. Salut Tatiana,
      On a pris le départ de 15:30 (en minibus) depuis la gare indiquée dans les information en bas de l’article). De mémoire on est arrivé vers 22h, mais c’est un peu flou dans mes souvenirs, j’étais complètement malade pendant le trajet… Le bus nous avait déposé à l’auberge sur la route.
      Bon voyage 😉

  4. Bonjour,

    Merci pour toutes ces infos hyper pratiques.
    Pouvez vous toutefois m’éclairer sur le trajet mindat Mandalay. Cela vous a pris combien de temps? Est ce une bus de nuit ou en journée?
    Merci pour vos réponses
    Xavier

  5. Bonjour Xavier,
    Il y a un départ à 15:30 pour sûr (celui que nous avons pris) en mini-van et il semblerait qu’il y ait un autre départ à 6:30 du matin avec un bus plus gros.
    De mémoire le trajet dure environ 7h.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rechercher