Flag_english

Christchurch, ChCh pour les intimes. Détruite il y a 5 ans par une série de tremblement de terre, la réputation de la ville n’est pas des plus joyeuses.

« C’est terrible, tout est détruit ! »
« La ville est morte, il n’y a plus rien, les entreprises sont toutes parties »
« Préparez vous au choc ! »
« Personne ne veut plus vivre là »

Lorsque nous avons changé nos plans à la dernière minute pour aller faire réparer l’appareil photo de Quentin, nous avions entendu tellement de choses à son sujet que nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre.

La cathédrale de Christchurch, toujours détruite et soutenue par des échaffaudages

La cathédrale de Christchurch, toujours détruite et soutenue par des échaffaudages

Christchurch 5 ans après, qu’en est il vraiment ?

Nous y avons passé une semaine hébergés chez Dan et Rochelle qui nous avaient ramassé en stop quelques jours plus tôt dans les Malborough Sounds. Quoi de mieux, pour découvrir une ville si sévèrement jugée par des voyageurs, que le regards de jeunes locaux actifs dans la région ?

La première impression est en effet celle des immeubles détruits, des nombreuses grues présentes partout dans le paysage, et le son des marteaux piqueurs. Certaines routes sont encore défoncées et il y a, paraît-il, plus de cônes de chantiers que d’habitants. Certains bâtiments sont toujours condamnés ou soutenus par des échafaudages. Le CBD n’existe plus vraiment, car les boutiques ont été relocalisées un peu partout dans les banlieues, là où il était possible de se réinstaller entre des murs qui tenaient encore debout, ou réinstallées dans des containers.

Des restes d'immeubles toujours présents 5 ans après

Des restes d’immeubles toujours présents 5 ans après

Puis au fur et a mesure que l’on se promène dans les rues, on découvre le street art qui recouvre les vieux murs laissés à l’abandon, donnant aux ruines un air branché. On découvre également ces boutiques, et restaurants ré-ouverts dans des containers aux couleurs vives, de vieux bus repeints aux airs cool ou des food trucks aux odeurs alléchantes. Et lorsque le weekend arrive c’est des dizaines d’évènements différents qui se mettent en place autour de la ville : marchés, festivals, expositions, concerts…

Dans les rues on y croise des gens heureux et optimistes, beaucoup de jeunes venus chercher ici un avenir dans une ville où tout est à reconstruire. Des hipsters, des steam-punks, des hippies, des jeunes familles… Tous cultivant ce même art de vivre qu’ils ont développé ici : « Nous avons tout perdu, mais avons appris à apprécier les petits plaisirs de la vie ». En effet, de nombreux artisans prospèrent : artistes, petits restaurants de bonne bouffe, toréfacteurs, créateurs de mode…

La ville se reconstruit avec du temporaire qui dure, développant son propre style, car « on s’y fait » et que « ça a du style qui en jette grave« . Le centre commercial est aujourd’hui le Re:Start Mall, un ensemble de gros containers colorés empilés et aménagés savamment. De nouveaux buildings voient le jour en lieu et place des anciens, les bâtiments historiques sont restaurés dans la mesure du possible. On peut lire ci et là des mots comme Rebuild, Restart, Renew ou Reborn.
Et juste aux limites de la ville les habitants peuvent jouir d’Hagley Park, un immense parc avec un superbe jardin botanique peuplé d’arbres plusieurs fois centenaires.

Après une semaine passée à Christchurch, nous avons un sentiment totalement différent de ce qu’on a pu entendre. Certes Christchurch est encore très touchée par les dégâts du tremblement de terre, mais la réaction de ses habitant face au désastre en ont fait un bel exemple de vie. Un message d’optimisme et d’espoir pour tous. Une chance de tout reconstruire et repartir de presque rien. Il faudra encore certainement des années avant de voir un Christchurch tout neuf à cause des soucis financiers et liés aux assurances qui font trainer les choses, mais le Christchurch 2.0 est déjà là, grâce à ses habitants et l’esprit qu’ils ont développé.
Nous avons véritablement apprécié cette semaine, le dynamisme des gens et de la ville en ébullition. Il nous semble même qu’il y a encore énormément de choses à y découvrir et à apprécier, que nous nous promettons d’y revenir pour y chercher un boulot cet hiver et y tester la vie durant plusieurs mois.

A bientôt !

Tintin & Riette

Le Re:Start Mall de Christchurch, symbole du renouveau de la ville

Le Re:Start Mall de Christchurch, symbole du renouveau de la ville

Cet article comporte 8 commentaires
  1. sympa cette ville à moitié en ruine et son style de vie qui a l’air un peu déjanté! par contre les habitants ont des styles vestimentaires… particuliers 😀 (chapeau en particulier à la robe et au parapluie rose flashy!)

  2. Salut cette ville a l’air sympa new régent avec ces magasins pas mal je ferais bien un petit tour dans ce tramway et puis et le jardin agréable tout a l’air très coloré
    Bisous

  3. Cool, cette ville, bon dieu que ça doit être sympa…Repartir de zéro ou presque, tout est possible, quelques containers et roule ma poule, que demande le peuple ! A voir les images, on sent la bonne odeur des pizzas, et la musique des festoches… Un genre de Berlin… Le tremblement de terre, ça a été leur chance, malgré les malheurs qu’il a probablement entrainé pour certains…Ils sont libres de créer l’univers de vie qu’ils veulent, bon vent à eux…

  4. Intéressante reconstruction à suivre …
    et puis le beau tramway (nommé Désir??)
    la coccinelle avec le vieux Defender c’est exprès pour Tristan ou c’est le hasard?

    Bises

  5. Ils ont morflé sévère les pauvres c’est vrai il y a du boulot mais les pieux en béton armé déchirer ainssi ! ! ! ! ((combien sur l’echelle de Richter))@+ Gentils fou prenez soin de vous

  6. Encore une découverte grâce à vous!!!je ne connaissais pas du tout cette ville bien colorée, où tout est à faire ; vous avez raison de soutenir ses habitants, bon courage pour le boulot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rechercher