skip to Main Content


La Vanguard Way est un chemin de randonnée longue distance assez méconnu. Long de  106 kilomètres, il relie Londres au petit village de Newhaven situé sur la côte, en passant par les recoins les plus préservés de la magnifique campagne du Sussex, du Kent et du Surrey. Très facilement accessible depuis la Normandie grâce au ferry naviguant de Dieppe à Newhaven, la Vanguard Way propose une véritable échappée de charme pour ceux qui souhaitent s’aventurer à pied dans les terres anglo-saxones. On y trouve de magnifiques forêts de chênes, de bucoliques campagnes, de mignons petits villages remplis d’anciens cottages et de fleurs, mais aussi de la bonne bière brassée, des fish and chips tous frais et des scones maison à la confiture de fraise… Pas mal non ? Alors let’s go !

The Vanguard Way

Avant toute chose, il faut préciser que nous avons choisi de marcher dans le sens inverse de la plupart des anglais : c’est à dire remonter de Newhaven à Londres et non l’inverse. Ben oui, c’est quand même plus pratique pour nous puisque nous arrivons directement sur la côte !
Cinq à sept jours sont nécessaires pour rejoindre Londres depuis Newhaven en suivant la Vanguard Way. Les paysages traversés sont tous plus champêtres les uns que les autres, offrant de belles vues sur la côte, traversant forêts et bocages, landes et collines. Tout le long du chemin, on rencontre de beaux villages où pubs et salons de thé proposent une restauration propice à revigorer les marcheurs affamés. Le chemin est également ponctué de charmants B&B, hôtels cossus ou aires de camping, selon les goûts et le porte-monnaie de chacun.

Accompagnez-nous jours après jours sur cet itinéraire et profitez-en pour prendre des notes pour votre future randonnée !

Vanguard Way - Carte complète (source : walkingenglishman.com)

Vanguard Way – Carte complète (source : walkingenglishman.com)

De New Haven à Beachy Head, the seven sisters – 25km

Commençons d’abord par faire un détour ! Et oui, cette portion de chemin entre Newhaven et Beachy Head n’est pas complètement sur l’itinéraire de la Vanguard Way, mais elle néanmoins réputée si magnifique que nous n’hésitons pas un instant à prendre une journée de plus dans notre programme pour aller la découvrir. Le sentier longe en effet la côte anglaise, réplique jumelle de nos côtes normandes, avec un je-ne-sais-quoi de différent, de plus joli, de plus blanc, de plus british.

Après un solide petit déjeuner assaisonné de fried eggs on toasts, de hash browns et d’un grand mug de café pas si dégueulasse que ça, nous nous mettons en route pour quitter le joli petit port de Newhaven où le ferry de la DFDS nous a déposés à 4 heures du matin. Nous empruntons le début de la Vanguard Way et cheminons au cœur des marais bordant la mer,  jusqu’au remblai de Seaford, petite ville balnéaire où de charmants anglais retraités tâchent non sans mal d’entretenir un semblant de bronzage. Là-bas nous rencontrons Graham, le route manager de la Vanguard Way et un des créateurs de ce sentier méconnu. Il est très enthousiaste à l’idée que deux jeunes français veuillent s’aventurer sur ce chemin, car la chose est rare, et c’est bien dommage ! Il décide de nous accompagner pour la journée, qui s’annonce radieuse !

Nous voila partis à l’assaut des falaises, et nous voyons déjà apparaître au loin les iconiques Seven Sisters qu’il nous faudra escalader plus tard. Pour l’heure, nous arrivons à l’embouchure de la Cockmere River. Ses méandres profonds sont infranchissables. Nous devons en longer les rives pour rejoindre Exceat, village situé un peu à l’intérieur des terres, où quelqu’un a eu l’heureuse idée de construire un pont. Nous déjeunons au Salt Marsh, un café extraordinairement cosy, trendy, lovely, bref qu’on vous recommande chaudement !

La panse bien remplie (décidément, les anglais ne rigolent pas avec ça), nous bifurquons de l’itinéraire de la Vanguard Way et entamons l’escalade des Seven Sisters. Sept falaises blanches et superbes qui ondulent sous nos pieds et dont l’enchaînement de montées abruptes et de descentes nous laissera le souffle court. Quelques kilomètres encore nous mènent jusqu’au phare de Beachy Head. De là, nous coupons à travers la lande pour rejoindre l’auberge de jeunesse de Eastbourne, située 4km plus loin. Cette journée sera la plus intense du voyage !

Info : Pensez à réserver une chambre au YHA de Eastbourne avant de vous y rendre (+44 345 371 9316). L’endroit peut être assez couru. Vous pouvez aussi camper dans le petit jardin si besoin. Il n’y a pas de magasins à proximité, mais vous pouvez vous faire livrer des fish & chips ou des pizzas.

Les Seven Sisters

Les Seven Sisters

De Exceat à Alfriston – 10,9km

Les petits macarons jaunes, jalons indicateurs de la Vanguard WayUn petite journée tranquille aujourd’hui, pour pallier à la journée intense de la veille ! Face au YHA se trouve un arrêt de bus. Nous sautons dans le n°12. Il est rouge, bien sur, et nous ne résistons pas à la joie d’admirer le paysage depuis le deuxième étage ! Un court trajet nous mène jusqu’à Exceat, où nous avons déjeuné la veille et où nous retrouvons le début de la Vanguard Way, marqué de flèches jaunes estampillées VGW. Nous jetons un dernier regard sur la magnifique vue que nous avons sur les méandres de la Cockmere River avant de nous engager sous le couvert des arbres.

Nous voilà bientôt à Littlington. Ce minuscule village a l’air diablement accueillant… Nous tombons sur un pub qui attire immédiatement notre sympathie : le Plough and Arrow. A l’arrière, dans le jardin, s’organise un Beer festival ! Nous tombons parfaitement bien, ma parole ! Nous dégustons une mousse locale en écoutant quelques chansons du groupe de folk qui s’est mis à jouer, entouré de ballots de pailles. Elle est pas belle, la vie ?

Nous reprenons la route à travers le bocage et la Friston Forest et voyons pointer, non loin, le clocher de Alfriston. Véritable coup de cœur pour cet ancien village de contrebandiers ! C’est certes assez touristique mais vraiment charmant, avec ses alignements des vieilles maisons, ses galeries d’artistes, ses vieux pubs d’époque, ses salons de thé cosy… Cela vaut largement le coup d’y passer au moins une après-midi !

Nous allons planter notre tente au camping avant de ressortir nous balader dans les ruelles, puis de visiter l’église et son cimetière romantique envahit de chats et d’herbes folles. Nous finissons la journée par un délicieux diner au « Star Inn ».

Info : Le camping d’Alfriston coûte 7£/nuit/pers, ce qui est très accessible pour l’Angleterre. (http://www.alfristoncamping.co.uk/). Si vous n’êtes pas très camping, nous vous conseillons de réserver au Chestnut B&B, dont les chambres sont d’un bon rapport qualité prix et qui propose des petits déjeuners délicieux et so british (http://chestnutsalfriston.co.uk/) !

L'église d'Alfriston

L’église d’Alfriston

De Alfriston à Chiddingly – 15 km

Nous reprenons la route au matin, abandonnant à regret Alfriston. Heureusement, la nature est très belle et bourrée de mûres à cette époque de l’année (nous sommes en septembre, voyez vous). En nous pourléchant les babines, nous croisons de magnifiques chênes centenaires (oak trees) qui poussent un peu partout comme du chiendent. Franchement, la campagne anglaise ne manque pas d’allure ! Quelle classe ! Quelle dignité !

Nous traversons les champs, enjambant les clôtures grâce aux stiles, des espèces d’escaliers fâcheusement casse-gueule quand il s’agit de les enjamber avec les sacs à dos. A défaut de stiles, nous rencontrons aussi des kissing gates, souvent si mal agencées qu’on ne peut y passer avec les sacs. Il faut alors se contorsionner, voir escalader. La tradition veut que les garçons embrassent leurs compagnes au passage des kissing gates, ce que Quentin fait bien diligemment !

Nous parvenons au minuscule village de Chiddingly sur les coups de 17h. Il est vrai que nous ne sommes pas partis tôt ce matin. Nous pensions y trouver un terrain de camping, mais celui ci n’existe plus ! Goddam it ! Où allons nous dormir ce soir ? Nous rencontrons alors un gentil couple de riverains qui nous propose de planter notre tente dans leur garden. How nice !! Ils sont absolument adorables et nous préparent un english tea extraordinaire au milieu des fleurs de leur jardin.

Nous allons ensuite nous installer au Six Bells, le pub local, vraiment très animé. Burgers et bières sont de mise pour coller dans l’ambiance !!

Info : Si vous ne souhaitez pas tenter votre chance au camping comme nous l’avons fait, vous pouvez trouver un charmant B&B au village de Muddles Green (http://www.netherwoodlodge.co.uk/). Nous vous conseillons de réserver au préalable. Si vous avez plus de moyens, vous pouvez pousser une heure de plus jusqu’à East Hoatly où vous trouverez le magnifique B&B Old Whyly (http://www.oldwhyly.co.uk/).

Le Six Bells, l'un de nos pubs favoris sur la Vanguard Way

Le Six Bells, l’un de nos pubs favoris sur la Vanguard Way

De Chiddingly à Poundgate – 20km

Aujourd’hui, il pleut. Mais évidemment, l’Angleterre sans la pluie, c’est comme la Normandie, ça perd de son charme ! Alors on en prend notre parti, on enfile les k-ways, on visse bien nos chapeaux sur nos têtes et let’s go ! Vers midi nous parvenons à Black Boys, un ancien village de mineurs de charbon, d’où son nom. Nous atterrissons au Black Boys Inn trempés comme des soupières et littéralement affamés. Et devinez qui est là ? C’est Graham ! Vu la météo, il a décidé de nous porter assistance ! Il propose de nous garder nos sacs pour que nous puissions randonner léger cet après-midi. Non mais quel chic type, ce Graham ! Le Black Boys Inn est une très bonne adresse et nous nous remplissons la paillasse avec délectation. Par dessus ça, une bière, tiède comme il se doit, mais à la longue on s’y fait ! Graham nous fait remarquer avec humour que nous allons bientôt pouvoir écrire un guide sur les pubs de la Vanguard Way à ce rythme là.

Le paysage est tout trempé, comme une vieille aquarelle. Il dégouline. Nous marchons dans de sombres chemins creux, légèrement boueux, légèrement ronceux. Un peu plus et on se croirait dans la forêt de Sherwood ! Il est où, Robin des Bois ?

Heureusement, délestés de nos sacs grâce à Graham, nous fonçons à travers les champs comme des petits bulldozers et arrivons au pub (oui, encore un) à 17h tapantes !! Nous y retrouvons notre ami pour la deuxième pinte de la journée. Le pub s’appelle le Crow & Gate, dans le lieu-dit de Poundgate. Il est magnifique et chaleureux, avec des cheminées partout, son mobilier éclectique digne des plus belles brocantes, son bar immense et sa myriade de bougies. Avec un peu de chance, on pourrait y passer la soirée, si seulement on trouvait un coin pour camper à proximité… Nous demandons au tenancier si par hasard il connaîtrait un endroit où nous pourrions planter notre tente. Sur quoi il répond flegmatiquement : « Why, yeah, in my garden ! » (Ben oui, dans mon jardin !). Et nous voilà bien lotis pour la soirée, la tente tranquillement installée juste derrière le pub, et nous, attablés devant un burger près de la cheminée, une bière à la main et un livre dans l’autre, agitant nos doigts de pieds en chaussettes en attendant que nos chaussures sèchent devant les flammes. Le rêve de tout randonneur mouillé !

Info : Pour les amateurs de lits douillets, il y a deux lieux d’hébergement dans la rue Chillies Lane, en face du pub : Poudgate Park, qui loue un cottage pour 4 personnes (https://www.poundgatepark.co.uk/) et un petit B&B, Chillies Granary Guesthouse (+44 1892 655560) un peu plus loin sur la route (environ 500m).

De Poundgate à Hammerwood, the Ashdown Forest – 15km

C’est aujourd’hui que nous découvrons la Ashdown Forest, que nous allons traverser de part en part. En fait de forêt, il s’agit plutôt d’une lande couverte d’ajoncs ras et de bruyère où sont semés ça et là quelques pins. Comme elle se trouve sur une immense colline, on y jouit, en plus, d’une vue dingue sur toute la région.

Les lieux sont enchanteurs, si bien qu’ils ont inspiré le créateur de Winnie l’ourson. Nous ne croiserons pas d’ours jaune ni de pot de miel, mais une foultitude de cavaliers, promeneurs ou autre cyclistes qui profitent du beau temps pour sillonner le coin en tous sens. La « forêt » est truffée de sentiers donc bien entendu nous nous perdons, mais pas trop loin. Par chance, Quentin a une carte assez détaillée sur son téléphone nous permettant de nous situer grosso modo (Il s’agit en fait du gps hors ligne et gratuit à télécharger maps.me. Très pratique !). La Ashdown Forest est une zone naturelle sensible, aussi sommes nous tenus à tout un tas de règles pour préserver sa douceur de vivre. Telles que : « Do not litter », « Do not camp » ou encore « Do not disturb people who lawfully play golf » (« Ne pas jeter d’ordures », « Ne pas camper », ou encore « Ne pas déranger les personnes qui jouent au golf dans leur bon droit »). Évidement…

Sur les hauteurs de la Ashdown Forest, la vraie avec des arbres et tout !

Sur les hauteurs de la Ashdown Forest, la vraie avec des arbres et tout !

Nous retrouvons notre Vanguard Way qui nous mène à travers bois jusqu’à un terrain de criquet  juste au moment où une averse cinglante s’abat sur nos épaules. Nous sortons tout le barda anti-pluie en notre possession sans nous douter dans deux minutes nous cuirons comme des huitres au soleil. Ainsi se passera l’après-midi, entre soleil brulant et averses effroyables, créant dans le ciel des éclairages surprenants. Après le terrain de criquet, il nous semble approprié de traverser un immense terrain de golf.

A l’agréable petite ville de Forest Row, nous prenons un petit tea time accompagné de scones au beurre tous chauds. Puis, nous mettons le cap vers Hammerwood, sous un orage terrifiant. Heureusement, les gouttes sont plus ou moins filtrées par le toit végétal des petits chemins creux. Nous avons repéré sur notre carte, le long de la Vanguard Way, un grand espace de camping réservé aux scouts, et nous avons dans l’idée d’aller leur quémander un bout de terrain pour ce soir. Comme les scouts ne sont pas là, nous nous approprions finalement l’endroit. Une personne anonyme mais néanmoins sympathique avait prit soin de tondre le champs avant notre passage, évitant comme ça de tremper davantage nos godasses. Une belle éclaircie de fin de journée se transforme soudain en brulant coucher de soleil. Décidément, la météo ne sais plus à quel saint se vouer ! Quentin essaye sans grand succès de faire chauffer de la purée lyophilisée dont la consistance grumeleuse peu engageante nous rappelle à quel point on serait mieux dans un pub !

Info : Le camping des scouts est facilement accessible mais ne comporte pas d’infrastructures telles que des toilettes ou de l’eau courante. Vous pouvez choisir de couper cette étape en deux et de rester dormir à Forest Row en B&B, ce qui vous fera une journée de 11km seulement, et vous n’aurez ensuite plus que 16 km à parcourir jusqu’à Edenbridge le lendemain. Ou bien vous êtes en pleine forme et vous marchez directement jusqu’à Edenbridge pour un total de 26km.
B&B à Forest Row : Elms B&B (https://www.elmsbedandbreakfast.com/), le brambletye hotel (http://www.brambletyehotel.co.uk/), le Chequers Inn Hotel (https://www.elmsbedandbreakfast.com/).

Sur la Vanguard Way, entre pluie et soleil...

Sur la Vanguard Way, entre pluie et soleil…

De Hammerwood à Edenbridge – 12km

Au lever du jour, la pelouse fume sous un soleil-rotissoire. La tente sèche en 2 minutes, c’est formidable ! A l’orée du bois nous retrouvons Graham, venu nous faire une surprise. Nous mangerons ensemble à midi, dans un pub, évidemment. Nous traversons jolies pâtures et antiques forêts toute la journée. Les pâtures sont souvent habitées, il ne faut pas avoir peur de passer devant des troupeaux entiers de vaches interloquées. Dans un champ particulièrement vaste, un cheval somewhat too friendly portant un manteau à capuche (avec des trous pour les oreilles) s’amourache de Quentin et le suit à la trace. L’étape de la Vanguard Way s’arrête à Haxted Mill, mais l’endroit étant assez désert, Graham nous a conseillé de faire un détour de 4km jusqu’à Edenbridge, où nous trouverons toutes les commodités dont nous avons besoin. Pour cela, il faut emprunter un chemin de traverse -un raccourci, comme on dit- indiqué sous le nom de Eden Valley Walk, qui se trouve sur la gauche, peut après le château Starborough Castle. Veillez à repérer l’endroit sur la carte fournie par le site de la Vanguard Way pour ne pas rater l’intersection !

Nous avons finalement trouvé à nous loger dans le champ d’un chic type en bordure d’Edenbridge, car encore une fois, ce que nous prenions pour un camping n’en était pas un ! Nous avons passé une soirée très sympathique au Old Eden Pub, autour d’un verre de bière. Ce qui est bien avec la bière anglaise, c’est qu’on n’a jamais peur qu’elle se réchauffe !

Info : Pour vous loger à Edenbridge, rien de plus simple : vous pouvez réserver au Shoscombe B&B (http://www.shoscombe.com/), ou encore dormir au dessus du pub Ye Old Crown, dans le centre ville (http://www.yeoldcrown.com/Rooms/). Et il y a bien d’autres adresses en ville. Une autre possibilité est d’aller dormir à Lingfield, village plus petit situé 2km à gauche de Haxted Mill où vous pourrez louer une chambre au Star Inn (http://www.thestarlingfield.co.uk/). Il existe également un camping à Lingfield mais cela constitue un plus gros détour car il se situe à environ 6km d’Haxted Mill (http://www.longacrescamping.co.uk/).

De Edenbridge à Chelsham – 19 km

Nous reprenons notre bout de chemin au matin, à travers les champs où paissent des moutons noirs à la tête blanche et des troupeaux de vaches. Nous traversons de jolis hameaux bordés de cottages. Ça grimpe dur tout à coup ! Nous devons aller à l’assaut de Trevereux  Hill au pied de laquelle se dresse un gigantesque manoir du même nom. Sur le chemin, nous ne voyons que des maisons cossues. Nous sommes à deux pas de Londres après tout ! Et perdus en pleine campagne avec ça ! Tout en haut de la colline se trouve le village de Limpsfield Chart et son pub, le Carpenter’s Arms, où nous nous arrêtons prendre un petit en-cas ! Nous redescendons de ces hauteurs en traversant quelques villages et quelques champs avant de nous heurter à la voie rapide… Il fallait bien en enjamber une !

De l’autre côté de la voie rapide, nous arrivons aux abords de Titsey Place, un grand manoir avec de beaux jardins et salon de thé attenant que l’on peut visiter tranquillement. Seulement, pour y arriver, il nous faut traverser des savanes d’herbes jaunes si hautes qu’on ne voit pas les vaches. On aperçoit vaguement leurs cornes par dessus la végétation. Ce sont pourtant de belles bêtes, genre aurochs, et puis il y a des taureaux aussi, ainsi que des bébés veaux et tout cela n’a définitivement rien de très rassurant…

Tout se passe bien jusqu’au dernier champ. Il a été brouté de près celui là, mais se trouve fâcheusement habité par un troupeau de jeunes taureaux en rut ! Dès que nous mettons un pied dans le champs, les voilà tous à se ruer sur nous au pas de charge ! Nous battons en retraite de peur de nous faire embrocher… Les autres issues semblent bouchées. Il nous faudra pourtant trouver une solution ! Nous finissons par enjamber des barbelés, et nous précipiter dans un champs inextricable de ronces, d’orties et d’acacias épineux que nous aurons toutes les peines du monde à traverser. Vous n’imaginez pas dans quel état nous nous présentons enfin devant les portes du château !

Après une bonne tasse de thé accompagnée de son scone à la crème bien mérité, nous reprenons la route. Le chemin est à flanc de colline, en pleine forêt. Entre les arbres, nous contemplons un superbe panorama sur toute la vallée. La Vanguard Way nous réserve encore une bonne grimpette pour tenter de nous approcher au maximum de Chelsham. Nous traversons de magnifiques fermes et la lumière illumine tous les reliefs harmonieux de ces collines verdoyantes ! Nous parvenons en haut de la colline pour tomber sur un spectacle stupéfiant : devant nous s’étale Londres, dans toute sa splendeur. Nous voyons même pointer les tours de la City, et les arches de la Wemblay Arena se distinguent parfaitement bien. Derrière nous, le soleil se couche sur la vallée de Titsey et les forêts avoisinantes. Notre colline est déserte, sauvage. L’herbe y est verte, il y a même un petit étang et quelques arbres, et nous avons un cheval pour voisin. Comment se fait-il qu’avec une vue pareille l’endroit n’ait pas été la prise de promoteurs peu scrupuleux ? Des voisins nous racontent que le terrain appartiendrait à la famille de Lady Diana. Nous ne savons pas trop si c’est vrai, mais ce qui est sur, c’est que nous avons trouvé un emplacement de camping royal pour ce soir ! Pour notre dernière nuit sur la Vanguard Way, on pouvait difficilement trouver mieux !

Info : Si vous ne voulez pas camper sur une terre royale, il vous faudra marcher une heure de plus jusqu’à Selsdon où vous pourrez trouver à vous loger. Vous pouvez par exemple réserver le Owlets B&B (http://owletsbedandbreakfast.co.uk/) ou bien trouver un Air’BnB. Sinon, vous pouvez aussi marcher jusqu’à Warlingham où vous pourrez prendre le bus 403 qui vous amènera jusqu’à la gare de Croydon où vous pourrez prendre un train pour la City.

Sur la Vanguard Way

Sur la Vanguard Way

De Chelsham à Croydon – 11km

Cette demi journée de marche n’est pas très passionnante, puisque nous rentrons doucement en ville. Heureusement, les créateurs du sentier de randonnée ont tenu à ne pas provoquer un choc trop brutal et c’est par de grands parcs et jardins que nous pénétrons dans  la banlieue de Londres. Nous arrivons bientôt à Croydon Station où Graham nous attend avec un grand sourire pour nous ramener à Newhaven. Nous reprenons le bateau ce soir… Nous avons marché la Vanguard Way !

Info : À vrai dire, nous vous conseillons plutôt de prendre un train pour le centre de Londres, où vous aurez préalablement réservé un belle chambre pour profiter de la capitale anglaise en vous délassant quelques jours. Si, comme nous, vous n’avez pas le temps d’aller prendre le thé en compagnie de Sa Majesté, alors vous pouvez prendre un billet Croydon-Newhaven pour rentrer au bercail ! Il y a des trains toutes les heures et même toutes les demi-heures à certains moments de la journée !

Informations pratiques générales :

Vous trouverez toutes les informations relatives à la Vanguard Way sur l’excellent site (en anglais) qui lui est consacré, alimenté par les créateurs du sentier en personnes ! Nous vous conseillons impérativement de bien l’étudier avant le départ. Vous y trouverez une mine d’infos : le kilométrage entre chaque village, les lieux d’intérêt culturel et historique, la liste des hôtels, pubs, bureau de poste, etc, que vous pouvez trouver dans les environs de la VGW, les cartes détaillées de chaque tronçon et surtout la description complète, remarquable de rectitude et de précision, de chaque morceau de chemin.

Nous vous conseillons d’ailleurs vivement de télécharger toutes leurs cartes et les indications de la route dans votre téléphone (ça pèse moins lourd que des tonnes de papiers). Vous en aurez un besoin impératif pour vous orienter. Bien que le marquage du chemin soit globalement bien fait (flèche jaune annotée du sigle VGW), le chemin n’est pas toujours bien visible, comme par exemple lors de la traversée de pâturages géants transformés en bourbier par les animaux… Et alors là, vous allez être épatés. Vous vous référez tout de suite à votre route description dans laquelle sera marqué précisément, avec une méticulosité toute britannique : « Prenez une orientation Nord-Ouest à travers le champs, puis coupez à angle droit en longeant la barrière gauche, faites attention il y a un ruisseau à enjamber, puis marchez à droite du grand chêne et continuez tout droit jusqu’au coin de la clôture où vous trouverez la suite du chemin ». Vous l’avez compris, on se retrouve parfois dans un véritable jeu de piste ! Ce qui est vraiment ludique si on a les bonnes indications à portée de la main. Une boussole et un petit dictionnaire d’anglais seront sans doute également les bienvenus par endroits…

Le choix du sens du chemin est complètement libre à vous. Nous avons choisit de monter vers la capitale, mais vous pouvez tout aussi bien descendre vers la mer. Quitter la ville pour la campagne doit être très agréable ! Vous n’êtes pas obligés non plus de suivre notre rythme et nos arrêts. Nous vous avons transmis notre expérience à titre tout à fait informatif pour que vous puissiez vous en inspirer, mais il faut maintenant adapter l’itinéraire à votre rythme et à vos habitudes ! Sachez également que si vous souhaitez prolonger cette aventure pédestre côté normand (ce que nous avons fait), il existe plusieurs sentiers que vous pouvez emprunter depuis Dieppe : le GR21 le long de la côte, le Chasse-Marée (GR210) qui fait 80 km entre Dieppe et Rouen, ou encore le GR 212 qui fait 63km entre Sainte-Marguerite-Sur-Mer et Duclair !
Notez également que l’équipe de management de la Vanguard Way travaille actuellement sur le tronçon permettant de relier Croydon au centre de Londres, il n’est donc pas encore balisé.

La traversée en ferry entre Dieppe et Newhaven coûte 25€ pour les piétons (durant les traversées de nuit) et même moins si vous réservez vos billets à l’avance. Il y a trois allers et retours par jour en haute saison. Vous pouvez trouver tous les horaires et infos sur le site de la compagnie de ferries DFDS.

On vous souhaite une bonne rando !! 🙂

Cet article comporte 4 commentaires
    1. Bonjour Estelle,

      Nous n’avions pas connaissance de ce trajet Paris-Londres ! Mais il semble que ce soit à vélo seulement, ou je me trompe ?
      Nous avons trouvé la Vanguard Way en cherchant simplement sur le net, un peu par hasard, des chemins de randonnée peu connus ou un peu hors des sentiers battus. Nous voulions vraiment découvrir une Angleterre rurale et méconnue, et c’est chose faite ! 😉 La Vanguard Way était tout à fait ce qu’il nous fallait !

      M. & Mme Shoes

      1. Je pense que la plupart des gens (surtout ceux qui font l’intégralité du circuit) partent en vélo mais rien n’interdit de le faire à pied (ou à cheval ou à roller) ! Je ne connais que le côté normand, mais c’est une ancienne voie de chemin de fer qui a été réaménagée et c’est très sympa !

        1. En effet, ça doit être chouette ! Nous, du côté normand, nous avons suivi le Chasse Marée. Il y a tellement de chemins à explorer… C’est ça qui est sympa avec la rando 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top
Close search
Rechercher