skip to Main Content


Nous voilà sur les chemins du Doubs et du Jura depuis maintenant 4 jours en compagnie de quatre compères de randonnée. Depuis Les Rousses où nous laissons Arthur et Simon derrière nous pour causes de blessures, nous continuerons avec Marlène et Quentin jusqu’à Bellegarde-Sur-Valserine en passant par les crêtes du Jura. Nous décidons de changer notre itinéraire pour laisser le GR5 un moment afin de passer par le GR9 et rejoindre les crêtes plus tôt et profiter de l’incroyable vue sur le Lac Léman et le Mont-Blanc un peu plus longtemps. Sans le savoir nous nous élançons alors dans un parcours de 4 jours qui s’avèrera plus compliqué que prévu…

En marche vers le Haut-Jura

Nous partons des Rousses le sac bourré de fromages, de pain et charcuterie. Nous ne sommes pas certain de trouver de quoi nous ravitailler une fois sur les crêtes. Ou bien est-ce simplement parce que nous avons totalement craqué en passant devant les fruitières des Rousses ? Il faut reconnaitre que cette seconde option est probablement beaucoup plus proche de la vérité, incorrigibles gourmands que nous sommes ! Le sentier que nous suivons passe par une petite cascade au milieu des bois quelques kilomètres en dehors du centre des Rousses. Nous passons rapidement derrière un groupe de touristes qui y est agglutiné pour continuer notre chemin vers Lajoux où nous passerons la nuit avant de grimper sur les crêtes demain. Les premiers kilomètres se font difficilement : nous passons par la station de ski des Rousse, marchant droit dans la pente à travers les arbres. S’en suivra une longue marche au travers d’une jolie forêt de pins laissant entrevoir par moments les premiers sommets enneigés des Alpes à l’horizon.

En arrivant à Lajoux nous faisons toujours face aux mêmes problématiques : gîte étape fermé, refus de nous « louer » une douche, pour prendre une bière à la terrasse d’un hôtel on nous installe à l’arrière d’un bâtiment à l’écart des rares autres clients, on nous fait même payer pour le plein d’eau de nos gourdes le soir au restaurant alors que nous réglons une ardoise apéro et repas pour 4 personnes ! Quentin, déjà grognon depuis le début d’après-midi, peste après tout le monde. Nous nous couchons accompagné d’un superbe levé de lune en pensant que demain nous serons sur les crêtes !

Coucher de soleil à Lajoux
Coucher de soleil à Lajoux

Les crêtes du Jura : le Grand Mont Rond, la Combe de Gex et le col du Crozet

Aujourd’hui, grosse motivation ! Nous montons sur les crêtes ! Mais cela se mérite : nous devons quitter le tracé de la GTJ (Grande Traversée du Jura) pour rejoindre le GR9 au dessus de Mijoux de l’autre côté de la vallée par rapport à Lajoux où nous avons passé la nuit. La matinée va être rude. Nous devons descendre jusqu’au fond du vallon pour remonter en haut des pistes de ski de l’autre côté. Gros dénivelé en perspective ! Quentin toujours bougon de la veille, fonce à travers les rayons du soleil levant comme une petite fusée à réaction, motivé par l’éventualité de trouver un bon café chaud et quelques croissants en passant au village de la station.

Ce second petit déjeuner providentiel nous fait pousser des ailes ! Nous repartons au pas de course vers le premier objectif : le sommet du Grand Mont Rond ! La traversée de la station et des pistes n’a rien de très charmant, mais nous sommes à l’affut de chaque replat : « Est-ce la crête ? Ça y est ? ». Mais cette dernière ne semble ne jamais venir ! Nous y arriverons en fin de matinée sous un soleil de plomb, transpirants plus que jamais.

Là-haut nous profitons de la présence d’autres randonneurs pour se faire tirer le portrait entre potes et être tous les 4 sur la photo. D’ici nous pouvons voir notre route pour les prochains jours. Le chemin de crête de dessine clairement le long de cette falaise abrupte qui surplombe cette large vallée séparant le Jura des Alpes drapée de bleu par le Lac Léman. Quelque part en bas se trouve la frontière séparant la France de la Suisse. D’ici tout cela nous parait totalement aberrant, le paysage qui s’étend devant nous n’a pas de barrières ! Nous découvrons lors de cette première pause la malédiction des crêtes du Jura : des milliers de petite mouches se lancent à l’assaut de notre peau par nuées pour venir y boire notre sueur.

Nous ré-épaulons nos sacs à dos et nous nous remettons en route à petits pas, subjugués par l’incroyable paysage qui s’ouvre devant nous. La météo est simplement parfaite nous offre une vue spectaculaire sur le Mont-Blanc trônant sur la chaîne des Alpes. Nous marquons des pauses régulières pour photographier le panorama, avant de décider de casser la croute pour en profiter un moment plutôt que de remplir nos cartes mémoires de photos toutes semblables les unes aux autres. Plus tard après avoir repris le chemin nous arrivons au sommet de la Combe de Gex, sur lequel pâturent les bêtes avec le lait desquelles sera fabriqué le délicieux fromage Bleu de Gex. Nous y faisons une nouvelle pause écourtée par un nouvel assaut de ces satanées mouches assoiffées de sueur. Il faut dire qu’il n’y a pas une goute d’eau sur les crêtes du Jura. Les impluvium semblent quasiment vides, pas de source, pas de village. D’ailleurs il faut que nous prenions une décision quand à notre plan pour ce soir car il nous reste 3 jours de marche. Il faut impérativement remplir nos gourdes. Un rapide coup d’œil au GPS nous permet de constater que nous avons la capacité de marcher aujourd’hui jusqu’au col de Crozet à côté duquel se trouvent le refuge de la Loge. Nous espérons qu’il soit ouvert (avec toutes ces histoires de COVID-19 nous n’en sommes pas certains), étant en plein dans une réserve nous pourrons peut-être y camper en toute légalité… Et si jamais il est fermé il y a une télé-cabine qui descends dans la vallée. Vu le nombre de randonneurs que nous croisons elle est très probablement en fonctionnement !

Le refuge de la Loge est ouvert ! Franck et Cathy nous y accueille chaleureusement. Enfin un peu de chance avec les commerces locaux. Et autant vous dire que cette rencontre a largement de quoi nous faire oublier toutes les mésaventures précédentes. Il est encore tôt dans l’après-midi, c’est l’heure creuse pour les gérants du refuge. Il fait grand soleil ! Nous nous avachissons sur les canapés extérieurs en sirotant une bonne bière et une part de tarte aux myrtille en papotant avec Franck comme si nous étions des potes de 10 ans ! Le soir venu, le refuge de la Loge se rempli, les marmites gargouillent de diot aux vin blanc dont les odeurs alléchantes viennent mettre nos sens olfactifs en émoi et nos estomacs en appétit ! Mais avant de terminer nos assiettes, nous profitons d’une performance artistique quotidienne dont dame nature en est la spécialiste : un superbe coucher de soleil sur les forêts de pin du Jura.

Les crêtes du Jura en arrivant au sommet du Grand Mont Rond.
Les crêtes du Jura en arrivant au sommet du Grand Mont Rond.

Lever de soleil sur les Alpes depuis le Col du Crozet

Il est quatre heure du matin lorsque la violence de la sonnerie du réveil nous extirpe de nos rêves. Nous enfilons rapidement nos couches de vêtements, calons nos lampes frontales sur nos fronts et retrouvons Marlène devant le refuge de la Loge. Quentin (le n°2) à préféré rester dormir pour être en forme dans la journée. Nous quittons notre douillet petit nid mobile pour nous enfoncer dans la pénombre de la nuit les yeux encore un peu collés. Fort heureusement le col du Crozet est une station de ski. Le chemin est donc plus proche d’une autoroute que d’un GR. Nous grimpons pendant un peu moins d’une heure pour trouver un point de vue sur le Lac Léman, la Suisse, les Alpes et le Mont-Blanc. Les premiers rayons de soleil peinent à percer l’horizon. Il semble que le monde n’ait pas envie de se réveiller ce matin. Petit à petit le contour des sommets des Alpes se dessine dans le voile sombre de l’aube. Le Mont-Blanc se pare d’une robe aux teintes pastels d’orange et de rose. Le Lac Léman, à cette heure-ci du jour, est un véritable miroir d’ambre, brillant de milles feux en renvoyant au ciel les premiers rayons de l’astre solaire. C’est lorsque le premier quartier de soleil passe la ligne d’horizon que le second acte du spectacle débute : les rayons de lumière sont maintenant puissants. Ils peignent l’atmosphère et le panorama qui s’étend devant nous d’une chaleur réconfortante, jaunissant toute la palette de couleurs du monde. Les rayons du grand disque d’or, encore bas, accrochent tous les sujets qui pourraient se trouver entre leur source et nos objectifs. Les petites fleurs des champs et les vaches semblent se délecter de cette soudaine source de chaleur. Les insectes et oiseaux sortent de leur nid. Le monde s’éveille sur une nouvelle journée qui s’annonce radieuse, et nous, nous devons maintenant retourner au refuge de la Loge pour récupérer nos affaires et prendre un café avant de prendre la route.

Lever de soleil sur le lac Léman depuis les crêtes du Jura
Lever de soleil sur le lac Léman depuis les crêtes du Jura

Retour sur la Grande Traversée du Jura : sur le Crêt de la Neige jusqu’à Bellegarde-Sur-Valserine

Nous laissons derrière nous le refuge de la Loge les yeux encore tous emplis de cette divine lumière matinale. Le soleil, lui, à déjà rejoins les nuages et chauffe déjà bien l’atmosphère. La journée s’annonce chaude… Nous partons chargés, principalement d’eau, car à partir d’ici nous n’avons pas connaissance de la présence de sources et nous ne croiserons plus de villages jusqu’à notre arrivée à Bellegarde-Sur-Valserine, prévue le lendemain soir. Seule alternative : prendre la décision de redescendre des crêtes du Jura pour rejoindre un village dans la vallée. Si on peut l’éviter, c’est mieux.

Le monde végétal s’éveille encore, quelques fleurs s’ouvrent, les abeilles commencent à butiner sans être trop agitées. Un régal pour nous et notre objectif macro. Par ici petits pétales et petites bébêtes ! La piste monte, et bientôt nous sommes de retour sur les crêtes du Jura. Mais le paysage à drastiquement changé par rapport à hier. Les larges pâturages d’herbe verte laisse place ici à un ensemble plus minéral où la roche partage l’espace au sol avec des petits buissons. Les arbres refont leur apparition, ci et là, sous forme de pins principalement. La matinée n’est pas terminée et nous suons déjà à grosses goutes. La chaleur est telle que nous commençons à nous inquiéter de notre réserve d’eau. Les arbustes n’offre que très peu de zones d’ombres. Nous revoyons nos cartes IGN et GPS afin d’estimer les distances et les options possibles. Nous devons atteindre le niveau de Menthières pour terminer avec une demi-journée de marche le lendemain. Quentin (n°1) qui a mal au pied depuis la journée de la veille s’inquiète un peu de sa capacité à suivre. Mais pas le choix, maintenant que nous sommes là il est difficile de redescendre. C’est parti alors !

En route vers le Crêt de la Neige point culminant du Jura
En route vers le Crêt de la Neige point culminant du Jura

A l’heure de midi notre GPS indique une grotte non loin de notre trajet. Le tracé balisé la contourne, mais nous y rendre ne nous fait pas faire de détour. Nous décidons d’aller y chercher un peu de fraicheur en espérant que ce ne soit pas un simple trou dans une roche quelconque. Cela fait en effet environ deux heures que nous avons retrouvé les paysages de pâtures d’herbe rase dans lesquels nous ne trouvons nulle ombre. Le soleil de plomb fait monter la température aux alentours des 35°C et le manque de vent pour nous rafraichir commencent à avoir raison de nous. La pause sera bienvenue. Le sentier pour nous mener à la grotte, large de quelques centimètres seulement nous fait passer à flanc de falaise. A notre gauche une parois de roche abrupte, et à droite une pente vertigineuse plongeant 800 mètres plus bas. Concentrons-nous ! Là, dans la paroi s’ouvre une large grotte où nous posons nos sacs un moment pour casser la croute.

La reprise de la marche se fait difficile. Les douleurs dans le pied de Quentin s’aggravent. Le tendon d’Achile tire, la malléole est sensible… Il doit dé-serrer sa chaussure pour continuer. Nous traversons encore une longue partie de crête en pâtures jaunies par le soleil, faites de montées et descentes constantes. Nous avons sous-estimé le dénivelé total cumulé de cette crête ! Ou est-ce la chaleur et les réserves d’eau qui baissent qui jouent sur notre moral ? Un peu plus loin nous passons par un refuge fermé, mais à côté duquel se trouve une pompe à eau !!! Miracle ! Malheureusement une pancarte indique clairement : eau non potable. Idiots que nous sommes nous n’avons pas pris avec nous nos filtres ou nos pastilles de purification. Tant pis ! Nous prendrons au moins une douche ! Nous voilà sous la pompe en slip à nous rafraichir.

Nous marchons maintenant dans une forêt plutôt dense. Le manque d’eau et les douleurs insistances de Quentin nous font décider de descendre à Menthières. Nous y ferons le plein d’eau et pourrons examiner ce foutu pied. Dans le pire des cas nous pourrons y trouver une voiture pour nous amener à Bellegarde-Sur-Valserine.
Nous buvons une bière au village, quand Quentin s’exclame : « Mais en fait je reconnais ici ! Je suis déjà venu ! Ce télésiège je le connais, c’est là que j’ai appris à skier avec mon oncle quand j’étais môme ! ». La patronne de l’hôtel-restaurant La Gentiane nous explique qu’aujourd’hui avec le réchauffement climatique il est de plus en plus difficile de compter sur les saisons de ski. Au lieu de cela ils se réinventent et développent d’autres activités de montagne toutes saisons. Nous avons reçu un excellent accueil de la part de toutes les personnes que nous avons pu croiser dans Menthières, et espérons de tout cœur que cette belle station réussira son pari de se redévelopper. Quant à nous, nous passons la nuit en bas des pistes et prenons la décision de descendre demain par la vallée. Le pied de Quentin est gonflé comme un ballon, ce n’est pas très bon signe pour la suite…

Sur le chemin des crêtes du Jura entre le Crêt de la Neige et Menthières
Sur le chemin des crêtes du Jura entre le Crêt de la Neige et Menthières

Le lendemain matin, après une descente difficile, nous arrivons à Bellegarde-Sur-Valserine, où nous récupérons la voiture de Quentin (n°2) avec laquelle nous parcourons en moins de deux heures la distance que nous venons de mettre trois jours et demi à parcourir à pieds. Nous retrouvons Simon et Arthur sur le bord du Lac des Rousses exactement là où nous les avions laissés, une gaufre au Nutella à la main, exactement comme nous les avions laissés 😉

De retour dans notre Normandie, Quentin à consulté un médecin et s’en tire avec une belle tendinite. Simon et Arthur sont chauds patate pour repartir en trek avec nous tout comme nos copains Marlène et Quentin. Il se peut donc que vous les retrouviez avec nous dans de futurs carnets de voyages…

M. & Mme Shoes

Macros des crêtes du Jura

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top
×Close search
Rechercher