skip to Main Content
Menu


Dernière étape de notre trek sur Peaks of the Balkans. Après un détour par la sublime Grebaje Valley, nous reprenons le tracé officiel qui nous ramènera à Theth depuis Vusanje, en passant derrière la chaîne des Karanfili qui trône majestueusement sur la vallée de Ropojana. Nous déciderons d’effectuer cette étape sur 2 jours afin de profiter au plus longtemps de ces montagnes et ses trésors, comme le superbe lac Gjeshtarës. La météo s’annonce belle, quoi de mieux qu’une nuit sous les étoiles à 2000m d’altitude ?

Peaks of the Balkans – Étape 9 : Vusanje à Theth

Peaks of the Balkans - Map - Vusanje to Theth21,3km, 7h30, D+ 1110m, D- 1140m

Nous avons couché au Grla Waterfall restaurant and guesthouse de Vusanje, juste au départ de l’étape du jour. La cascade Grla, qui a donné son nom au restaurant, rugit à deux pas. À cet endroit, le flot tonitruant de la rivière saute une marche et s’engouffre avec violence dans une grotte noire et profonde, réputée sans fond.

Nous mettons les voiles, nous enfonçant avec joie dans la vallée de Ropojana. Cette dernière étape est l’une des plus belles du parcours, et nous avons la chance de nous y engager sous un soleil resplendissant ! Nous longeons la rivière un bon moment, rendant visite au passage au Oko Skakavice, un joli trou d’eau bleu turquoise d’où jaillit une source glacée et cristalline.

En partant de Vusanje en direction de Theth dans la vallée de Ropojana - Peaks of the Balkans

En partant de Vusanje en direction de Theth dans la vallée de Ropojana – Peaks of the Balkans

Nous suivons une piste 4×4 relativement horizontale pendant un petit moment, longeant le fond de la vallée couverte d’une large prairie parsemée de sapins et piquée de framboises sauvages et de fraises des bois. Un vrai délice ! Nous sommes encadrés, à droite par les Karanfili que nous avons contemplés de l’autre côté hier dans la Grebaje Valley, et à gauche par d’autres pics majestueux formant une haie d’honneur royale pour les deux marcheurs que nous sommes. Le temps est magnifique et nous prenons la décision de trouver une endroit où camper à mi-chemin afin de photographier les étoiles.

Nous parvenons au lac saisonnier Gjeshtarës, anormalement rempli d’eau. En cette saison, il devrait déjà être à sec… De nombreuses vipères nagent dans ses eaux claires. Nous faisons une longue pause sur ses berges, espérant que la brise légère qui ride les eaux se calme un instant pour nous offrir la vision d’un miroir argenté dédoublant la montagne. Cela n’arrive pas, et nous repartons, un brin déçus. Devenons-nous trop exigeants ?

Le lac Gjeshtarës, entre Vusanje et Theth - Peaks of the Balkans

Le lac Gjeshtarës, entre Vusanje et Theth – Peaks of the Balkans

Il faut chaud. Très chaud. Nous avons la bouche parcheminée et avons déjà sérieusement entamé notre stock d’eau. Nous décidons de poursuivre la route jusqu’à la prochaine source d’eau potable, près de laquelle nous espérons passer la nuit. Nous nous élevons un chouilla à travers la forêt et parvenons à un vaste amphithéâtre herbeux, prairie immense enclavée dans la roche, écrin parfait pour une petite nuit de camping sous les étoiles. Au bout de la prairie, nous trouvons la source ainsi que d’anciennes maisons de bergers décrépies. Nous plantons la tente non-loin, entre les buissons de fleurs odorantes. Encore une fois, nous voilà parfaitement peinards !

Vers 22h, nous ressortons de la tente pour constater que la nuit limpide a enfin déployé son vaste tapis d’étoiles. La lune n’est pas encore levée et la voie lactée emplit complètement le ciel. La montagne découpe des ombres noires dans l’immensité. Le terrain de jeu est rêvé pour le photographe nocturne ! Parfait ! Il y a en prime une petite surprise : des centaines de lucioles en rut pratiquent avec brio l’art du vol en rase motte. Leurs chorégraphies aériennes sophistiquées feraient sans doute pâlir la patrouille de France ! C’est la première fois que nous assistons à ce genre de spectacle. Ça clignote à qui mieux mieux. Et par ci, et par là et vas-y que je te fais un triple looping pour séduire les donzelles ! Ils s’en donnent, du mal. Espérons au moins que c’est une technique efficace ! « Allez Quentin, clignote un peu, pour voir », quémande Mariette.

Camping sous les étoiles, entre Vusanje et Theth - Peaks of the Balkans

Camping sous les étoiles, entre Vusanje et Theth – Peaks of the Balkans

Le lendemain, la route grimpe pas mal sous le soleil, mais nous nous en fichons éperdument puisque nous n’avons pas loin à parcourir, ayant déjà fait la moitié du chemin la veille… Alors que nous nous dirigeons vers le col, nous croisons quelques vieux bunkers en ruine, hissés sur la montagne. Ils témoignent de l’époque où le leader communiste Enver Hoxha fit semer sur l’ensemble du pays, entre 1967 et 1986, environ 500 000 fortifications destinées à protéger la nation d’éventuelles invasions ennemies, ce qu’il craignait fort mais qui n’advint finalement jamais. Les soldats en faction dans ces zones reculées, et pour le moins inaccessibles aux convois des blindés, ne connurent pas de conflits mais eurent au moins l’avantage de disposer d’une belle vue !

Nous passons une entaille dans la roche, nous menant tout droit dans une sorte de cuvette au fond de laquelle se trouve le petit lac Pejës. Un géologue averti serait sans doute ravi de la disposition des lieux ! On dirait qu’un château de carte s’est cassé la binette du haut de la montagne, répandant partout des morceaux de cartes à jouer.  Ces gros monticules géométriques jonchent le sol, jetés négligemment et oubliés à même le plancher. Très étrange, comme endroit. Et pas très bien rangé, note-t-on. Cela convient en tout cas parfaitement aux grenouilles, qui font gentiment trempette dans le petit lac alimenté de neige fondue.

Nous passons le col de Pejës sous le regard attentif du Mont Harapit, la gigantesque canine emblématique de ces paysages albanais. Les alpinistes se feront une joie d’y grimper. Il paraît que la vue du sommet n’y est pas dégueu du tout.

S’en suit la grande descente dans la vallée de Theth, dont nous sommes partis quelques semaines plus tôt ! C’est splendide, c’est aride, c’est abrupte, c’est interminable. Nous croisons un certain nombre de randonneurs montant dans l’autre sens. Les pauvres ! L’ascension doit être longue ! Heureusement que la vue en vaut largement la peine ! Cela nous rappelle que nous approchons de Theth et donc du tourisme et de la civilisation à laquelle il va falloir nous réhabituer après cette dizaine de jours coupés du monde.

Nous arrivons sur Theth en fin d’après-midi, clôturant en beauté cette randonnée balkanique ! Une chose est sure, Peaks of the Balkans a vraiment su nous éblouir ! Résumons : Des paysages à se damner, une nature unique et préservée, des habitants adorables et passionnés, une gastronomie extraordinaire, de beaux passages techniques mais pas de complexité folle, une expérience unique en Europe, une occasion de découvrir une culture méconnue, à seulement 2h de vol de la France … En somme, tout ce dont a besoin un chemin pour gagner le nom de Grande Randonnée. On peut noter quelques besoins d’amélioration des marquages sur certains tronçons, qui ne la rendent pas encore accessible au plus grand nombre. Ce qui n’est peut-être pas plus mal pour le moment…

M. & Mme Shoes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top
×Close search
Rechercher