skip to Main Content
Menu

Flag_english

Notre contrat saisonnier à Taupo arrive bientôt à son terme. Après deux mois et demi de boulot, nous commençons à avoir de nouveau furieusement la bougeotte ! Nous avons déjà escaladé les 3 sommets du Tongariro National Park (Mt Tongariro sous la neige au moins de novembre, Mt Ngauruhoe début janvier et Mt Ruapehu il y a peu fin janvier). Pour changer un peu et malgré une météo pessimiste, nous profitons de 3 jours de congés pour une échappée à la péninsule de Coromandel, dont tout le monde nous à vanté la beauté !! A deux heures au Nord de Taupo et à une heure et demi d’Auckland, la péninsule s’étend sur 85km sur son axe nord/sud pour 40km au plus large et est réputée pour ses splendides paysages côtiers. Mais nous découvrirons bien vite que ce ne sont pas les seuls attraits de ce petit paradis ! Nous nous prenons des draches magistrales tout le long de la route. Quentin gromelle, morose… C’est sous un ciel lourdement chargé que notre chère Léonie se lance vaillamment à l’assaut des routes de la péninsule.
Ça grimpe et ça serpente dangereusement, avec des portions de gravel road qui font vibrer toute sa carlingue !! Heureusement, avec ses 4 roues motrices, Léonie n’a peur de rien !

La côte est du Coromandel, jusqu’à Cathedral Cove

Notre première destination : Hot Water Beach. Nous remontons toute la péninsule en longeant la cote Est. Nous passons de charmantes petites baies et nous arrêtons également prendre des clichés des fameuses pinnacles, perdues au loin dans les nuages. A la base, nous avions prévu d’en faire l’ascension, mais aux vu des caprices météorologiques, nous avons dû abandonner l’idée…
Enfin, nous atteignons Hot Water Beach. A marée basse, un phénomène unique se produit : dû à l’activité géothermique de la région, des sources d’eau chaude pouvant atteindre les 60°C remontent des profondeurs. Une armée de badauds enthousiastes, pelles sur l’épaule, déboulent alors chaque jour à heure dite dans un joyeux capharnaüm, pour creuser leurs propres piscines chauffées naturelles avec vue sur la mer. Extra !! Sauf que, évidemment, ayant poussé la notion de désorganisation au niveau d’art conceptuel, lorsque nous atteignons la plage, la marée est HAUTE !! Pourtant nous avions regardé les horaires de marée avant de venir, si, si… Le net avantage c’est que nous avons la plage – par ailleurs très jolie – pour nous tous seuls ! Un petit bain de mer s’impose. L’eau est tellement bonne que l’on n’en regrette pas du tout d’être arrivés trop tard. On tente quand même de creuser un peu, à tout hasard, mais l’eau qui remonte de cette tentative n’est même pas tiède… Tant pis!

Ho Water Beach

Hot Water Beach

Nous reprenons la route direction Cathedral Cove, une arche naturelle taillant dans la falaise une nef digne d’une grande abbatiale. Pour y accéder, on emprunte pendant 40min un joli sentier côtier qui serpente le long de baies aux eaux claires. Il nous faut également vous faire part d’un élément important que ne saurait décrire aucune de nos photos : la péninsule sent divinement bon ! Un mélange de senteurs florales et végétales, d’épices et d’iode, embaume l’air d’un parfum à faire tourner la tête des nez de chez Chanel. Nous restons un moment à Cathedral Cove, pour capturer au mieux ce lieu emblématique de la Nouvelle-Zélande, puis faisons demi tour afin de nous mettre en quête d’un endroit où passer la nuit.

Cathedral Cove, incontournable du Coromandel

Cathedral Cove, incontournable du Coromandel

Nous avons repéré un petit camping bon marché à Otama Beach, perdu au milieu de rien. Alors que nous approchons, nous garons Léonie en face devant d’un petit restaurant animé dans une bicoque située sur le front de mer. Nous dégustons 2 pizza au feu de bois tandis qu’un groupe de folk/country fais danser tout une bande de hippies et cinquantenaires déchainés. Lorsque nous quittons les lieux, il fait nuit noire ! Quelques virages serrés plus loin, nous trouvons notre camping et nous garons dans un coin d’herbe. Tout le monde dort a poings fermés. Tant pis, nous paierons demain !

Au matin, nous allons explorer les environs à pied. Rien n’est plus plaisant que e s’endormir dans un lieu mystérieux pour le découvrir le lendemain dans la douce lumière matinale. Et ce matin, quelle découverte !! A 200 m du camping, par delà la dune, se trouve la plus belle plage que nous ayons vu dans le Coromandel ! Pour couronner le tout, aujourd’hui le soleil fait un pied de nez magistral à toutes les prévisions météo et sort tout étincelant de sa cachette nuageuse. Instantanément, l’eau tourne du gris métallique au turquoise le plus pur. C’est un régal pour les yeux qui ne savent plus où se poser… Ici, sur l’écume blanche qui nappe le sable rose; là, sur la falaise déchiquetée qui tombe dans les vagues bleues, où un peu plus loin, la bas derrière, sur les vertes collines…?

Sur la route 309, à la rencontre des Kauri.

Siamese Kauri, sur la route 309Nous reprenons la voiture pour nous rendre de l’autre côté de la péninsule en coupant à travers la forêt. Pour ce faire nous empruntons la gravel road 309, qui rejoint directement la ville de Coromandel, sur la cote ouest. Excellente idée que nous avons eu là ! La route est véritable trésor ! Des volubilis bleu Klein ont pris d’assaut des arbustes entiers et des gerbes de fleurs oranges envahissent les talus. La route enjambe de nombreux cours d’eau plus ravissants les uns que les autres sur les rives desquels poussent des bouquets de fleurs rouge vif. La végétation dense regroupe toutes sortes d’arbres, du pin au dattier, en passant par les fougères arborifères et toutes variétés d’arbres endémiques, dont les fameux kauri !

Les kauri sont d’impressionnants mastodontes surplombant toute la canopée, pouvant vivre jusqu’à 4000 ans ! Dans cette forêt l’ancêtre en a 600. Ce n’est pas une nouveauté, nous adorons les arbres. Nous nous arrêtons donc faire une petite balade à Kauri grove pour aller les voir de plus près. Malheureusement il sont victimes d’une bactérie qui les décime les uns après les autres. Alors, à l’entrée de la piste, pour éviter toute contamination, nous passons à la station de nettoyage pour godasses ! On frotte ses semelles crotteuses sur le paillasson fourni a cet effet, puis on désinfecte à l’aide d’un pistolet spécial. A-ha ! Adieu vilaine bactérie !
Après avoir présenté nos respects aux vieux géants, nous allons rendre visite à Waiau Falls, une belle cascade perdue dans son écrin de verdure… Puis nous voilà déjà de retour sur la côte. Nous traversons le sympathique village de Coromandel et mettons le cap vers le nord !

Waiau waterfalls, sur la route 309 au coeur du Coromandel

Waiau waterfalls, sur la route 309 au coeur du Coromandel

Vers Port Jackson, au nord ouest de Coromandel

Les Pinnacles étant toujours perdus dans les nuages, nous changeons nos plans et partons explorer l’extrémité nord de la péninsule. Celle ci est accessible uniquement par une longue gravel road étroite et sinueuse qui surplombe l’océan. Voilà de quoi ajouter du piment à notre escapade.
Alors que nous progressons à flanc de collines jaunies par les rayons estivaux, les pneus font crisser les graviers et une odeur de poussière familière nous emplit les narines, comme une réminiscence de notre passage en 4×4 dans la péninsule de Fleurieu, en Australie il y a  3 ans. Il y a même cette petite angoisse de tomber nez à nez avec un gros 4×4 déboulant à toute vitesse au détour des lacets un peu serrés…

Sur la route de Port Jackson, avant d’atteindre la gravel road, au nord du Coromandel

Sur la route de Port Jackson, avant d’atteindre la gravel road, au nord du Coromandel

Heureusement nous ne croisons pas grand monde. Cette partie de la péninsule semble désertée par les visiteurs en cette mi saison. Et pourtant, c’est probablement la plus belle route que nous ayons emprunté jusqu’ici en Nouvelle-Zélande. Le soleil transforme l’océan en saphir liquide à perte de vue, tandis qu’a notre droite des troupeaux de Black Angus broutent tous leur content. Des arbres tortueux zèbrent la route d’ombres difformes. On se sent libre et heureux, le visage battu par le vent qui s’engouffre par les fenêtres ouvertes. L’odeur d’herbe sèche et le son tonitruant des grillons qui couvre le bruit de notre moteur nous plonge dans une atmosphère de vacances en Provence. Comme dirait une vieille amie : « Pétard ! Qu’est ce qu’on est bien tintin !« .

En fin d’après midi, nous arrivons au camping de Port Jackson, à l’extrémité nord de la péninsule. Les rayons rasants illuminent le flanc des collines qui entourent la jolie baie. Nous nous prenons un emplacement tranquille face à la mer et nous nous octroyons un moment de pure détente, les pieds en éventail au son du ressac et des cris des mouettes. Et si c’était ça la vie, la vraie ?

Demain déjà il faudra regagner Taupo pour nos 4 derniers jours de travail avant de mettre le cap vers le sud… En attendant nous passons une bonne petite nuit à la lueur de la Lune, confortablement installés dans notre bolide.

Bonne nuit !

Tintin & Riette


Bons plans / Que faire au Coromandel :

Camper à Otama Beach

Superbe camping, a prix très raisonable. Accessible par une petite dirt road sinueuse offrant une vue à couper le souffle sur les baies turquoises aux alentours.

  • Prix : 12,5$/adulte/nuit, 6$/enfant (12ans et moins)/nuit (tarifs du 1er décembre au 1er mars)
    Chien 2$, famille (2 adultes + 2-3 enfants) 40$
  • Prix : 10$/adulte/nuit, 5$/enfant (12 ans et moins)/nuit (tarifs du 2 mars au 30 novembre)
    Chien 1$, famille (2 adultes + 2-3 enfants) 30$
  • Eau potable, toilettes sèches, prise de courant (derrière le congélateur)
  • 400 Black Jack Road
    Whitianga 3592

Campings du DOC sur la route de Port Jackson :

3 campings sont disponibles sur la superbe dirt road qui monte à Port Jackson

  • Fantail Bay campsite, le plus proche de Coromandel Town. Celui aussi où le plus de monde s’arrête. Avec accès à une jolie place.
  • Port Jackson campsite, plus isolé, et plus loin sur la route. C’est une destination prisée par les pêcheurs. Le camping offre une superbe vue sur les collines qui entourent la baie, et un accès à la plage.
  • Un dernier camping se situe tout au bout de la dirt road après Port Jackson. Apparemment il faut réserver auprès du bureau de Port Jackson ou par téléphone.
  • Prix : 10$/adulte/nuit, 5$/enfant (5 to 17)/nuit
  • Douches froides, toilettes sèches, eau non potable au robinet, BBQ, et poubelles.

Luke’s Kitchen :

  • Le petit restaurant hippie et animé par des groupes de musique où nous nous sommes arrêtés manger des pizzas au feu de bois.
  • 11:00 – 22:00
  • 20 Blackjack road,
    Kuaotunu, Whitianga
  • www.lukeskitchen.co.nz

Route 309

  • Juste avant (ou après selon le sens…) Whitianga airport, et jusqu’à Coromandel Airport.
  • Si vous êtes en « self contained vehicule » passez une nuit a Egan Park, petit coin de paradis en bordure de rivière. Sinon, arrêtez y vous quand même, ça vaut le coup d’œil. Aventurez vous à pieds dans la rivière qui est magnifique. Attention aux rochers glissants.
  • Kauri grove : petite balade de 20mn aller/retour dans un bout de forêt tropicale qui permet de se rendre aux pieds d’énormes Kauri
  • Waiau Falls : au lookout, descendez les escaliers (5mn) pour vous retrouver en bas de la piscine créée par la cascade.

Square Kauri

  • Le 15eme plus gros Kauri de Nouvelle-Zélande, estimé à 1200 ans, dont le tronc à la particularité de pousser en forme de carré !
  • Au niveau de Tapu engagez vous sur la petite et charmante Tapu-Coroglen Road (avec des portions de dirt road) puis continuez jusqu’au panneau indiquant le Square Kauri
  • Balade de 10mn

Waihi

  • Cité minière possédant de nombreuses balades dans de vieux tunnels et ponts suspendus (à quelques km de la ville)
  • Une vieille tour de la mine est visible en ville
  • A côté de la vieille tour il est possible d’observer le « pit », le trou béant de la mine d’or et d’argent.
    Mais rien de comparable avec le Super Pit de Kalgoorlie évidemment 🙂

La randonnée The Pinnacles

  • L’une des plus belles randonnées de l’île du nord ! L’idéal est d’y monter en après-midi et de camper là haut afin d’assister au lever de soleil le lendemain matin.
  • Compter 2,5h à 3h jusqu’à la hut, puis encore 40mn jusqu’aux Pinnacles
  • Depuis Thames, prendre la Kauaeranga Valley Road jusqu’au parking à la fin. Suivre la piste 10
  • Prix de la hut : 15$/adulte, 7,5$/enfant (5-17 ans)
  • Prix du camping (Dancing Camp) situé non loin de la hut : 5$/adulte, 2,5$/enfant (5-17 ans)
Cet article comporte 9 commentaires
  1. Bonjour les enfants contente de retrouver un petit journal .Encore de belles photos avec vous on se ballade pour celle qui vu son grand âge ne fait plus grand chose je découvre c’est très beau je vous souhaite encore dans votre sud de belles
    choses à decouvrir et pour moi aussi gros bisous Mamie

  2. Miam, miam….Bon dieu que ça fait du bien de vous lire…Et de partager votre ballade ! Quels merveilleux endroits, et avec les odeurs en plus, j’imagine les senteurs…Et puis, quel spot pour une virée en bécane ! Et pour ce qui est de la vie, oui, je pense bien que c’est ça…
    Thanks a lot,
    Gros bisous de Bretagne qui subit les frimas…Gla gla…

  3. Salut tous les deux.
    J’ai fait enfin connaissance DE LEONIE bon choix ça fait hotel en même temps.
    Photo texte tout est beau.Mariette le trou pour l’eau chaude le l’aurais fait en bordure de mer la ou tu es l’eau n’y vas jamais ((je crois))Bien essayé.Plein de bisous.Et pour la vrai vie le travail c’est la santé……..Mamé tablette pas la ? ? ?

  4. Hello,

    C’est super agréable de vous suivre pas à pas dans vos découvertes, vos émerveillements.
    Je ne connais pas du tout la Nouvelle Zélande mais à chaque fois que je lis un article j’ai envie d’y aller. Votre article ne contredit pas cette règle et en plus vos photos sont très belle ca n’arrange rien. J’espère juste qu’après cette lecture agréable je ne sois pas atteint de votre « désorganisation élevée au niveau d’art conceptuel » 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top
×Close search
Rechercher