skip to Main Content
Menu


Lors de notre dernier article nous vous avions présenté Téhéran sous son angle plus touristique, historique et traditionnel. Mais Téhéran est bien plus complexe que cela. Téhéran est le symbole de tous les changements et de l’évolution sociale du peuple iranien. Déambuler dans les rues de Téhéran et s’intéresser à la capitale sous ce point de vue là est un excellent moyen d’en apprendre plus sur le quotidien des jeunes iraniens…

Musée contemporain

Si vous voulez avoir un aperçu de l’ambiance branchée de Téhéran, nous vous conseillons une visite au musée d’art contemporain (موزه هنرهاى معاصر تهران, Muze honarhā-ye mohasser Tehran). Il s’y presse un grand nombre de personnes qui vous étonneront par leurs styles créatifs. Tatouages, coupes de cheveux déjantées, piercing, chapeaux extravagants… On parie que vous n’imaginiez pas rencontrer cela en Iran et pourtant… Cela fait partie d’une des nombreuses facettes de ce fascinant pays. Prendre un café sur la terrasse du musée vous offrira une parfaite opportunité de rencontrer des personnes et d’en apprendre un peu plus sur leur vision du monde.

Si vous avez de la chance, peut-être aurez vous accès à l’ancienne collection privée de Farah Pahlavi, la femme de feu le dernier Shah d’Iran. Collection inestimable appartenant maintenant au musée, elle n’est malheureusement pas accessible en permanence. De Rothko à Picasso, en passant par Warhol, Gauguin ou encore Pollock, mais également par des œuvres d’artistes iraniens et inspirées de la culture perse, le musée a diffusé pour la première fois ces œuvres inédites d’une grande rareté au cours de l’année 2017. Celles-ci avaient complètement disparu de la circulation après la révolution de 1979. Jusque là jugées indécentes par la république islamique, elles sont à nouveau exposées au grand jour, pour le plus grand plaisir des habitants de la capitale – et le nôtre puisque nous avons eu la chance de les admirer !

Musée d'art contemporain de Téhéran, Iran.

Musée d’art contemporain de Téhéran, Iran.

Cafés branchés

Sinon, à défaut de musée, on peut aller prendre un verre ou manger un morceau au Nazdik Café. Situé à l’étage d’un petit couloir sombre pas très engageant, le Nazdik Café est pourtant très réputé dans le Téhéran nouveau et alternatif. Il attire la jeunesse dorée et intellectuelle de la ville, qui se retrouve là pour siroter des cocktails (bien entendu sans alcool).  La déco cosy-trendy est complétée de nombreuses œuvres contemporaines très intéressantes. A l’étage se trouve une librairie étonnante à l’ambiance décontractée, où l’on peut boire du thé tout en bouquinant des bouquins de Balzac sur un fond de musique classique !

Vous trouverez ce genre de cafés branchés dans de nombreux coins de la capitale. Le Naderi Café n’est pas mal non plus dans son genre.

Fashion

En plus de nous faire découvrir les chouettes endroits de Téhéran, notre amie Maryam n’a pas manqué de nous emmener faire un tour dans ses boutiques favorites. Comme beaucoup d’iraniennes, Maryam a la classe et la coquetterie dans le sang ! Bijoux, vêtements, objets déco…  On aimerait tout acheter. Pour se faire plaisir pendant le voyage ou ramener un beau souvenir en France ! Rendez-vous par exemple chez Tane Dorost تن درست () ou encore chez Andya Clothing Store فروشگاه اندیا un peu plus loin sur la même rue en direction de la station de métro Ferdowsi.

Outdoor

N’oubliez pas que les montagnes Albroz ne sont pas loin ! Pendant la bonne saison, pourquoi ne pas en profiter pour aller observer les pistes de ski iraniennes et y faire quelques slaloms ? Les jeunes raffolent de glisse et n’hésitent pas un instant à aller manger de la poudreuse dès qu’une occasion se présente ! Pourquoi ne pas les rejoindre si vous êtes à Téhéran durant la bonne saison ? Cela sonne comme la promesse de bonnes anecdotes à raconter à votre retour en France : skier en Iran !!!
En été, les jeunes adorent pratiquer le VTT, le trail ou la randonnée dans les montagnes de l’Iran. De nombreux chemins de randonnées partent des portes de la ville jusqu’aux sommets de l’Albroz ! Pour les plus aventureux, on peut même se lancer à l’assaut du plus grand volcan du pays : le Mt Damavand (5671m) ! C’est autre chose que notre petit Mont Blanc, hein !

Les montagnes ne sont jamais loin de Téhéran... Vue depuis le pont Tabiat

Les montagnes ne sont jamais loin de Téhéran… Vue depuis le pont Tabiat

Pratiquer des activités outdoor est quelque chose d’assez récent pour la jeunesse iranienne et encore sujet à controverses (notamment pour les femmes qui ne peuvent normalement pas faire de vélo par exemple). Sortir prendre l’air dans les montagnes constitue donc pour les jeunes iraniens une façon de marquer leur envie de liberté et d’ouverture.

Téhéran & détente

Comme toutes les capitales du monde (ou presque), la vie à Téhéran semble filer à 100 à l’heure, ne laissant que peu de répit aux habitants qui courent en tous sens pour rattraper le temps qui file, file, file… Du moins en apparence. En vérité, les iraniens aiment profiter de leur ville et notamment de ses nombreux parcs pour y faire des piques niques, comme on l’a déjà évoqué dans notre article précédent, mais aussi pour y faire des tas d’activités en plein air, comme du badminton, du volley, du foot… ou du câlinage discret de petit-ami derrière les buissons (Oulalala !). Grosse prise de risques pour ces derniers, puisque le câlinage en public est fortement interdit en Iran, ainsi que toute forme de contact entre hommes et femmes, ça va de soi, non mais oh, et bien entendu avoir un petit ami avec lequel on n’est pas mariée est illégal aussi par la même occasion. Ce qui n’empêche personne de se câliner quand même ou de se tenir la main, à l’abri des regards inquisiteurs de la police des mœurs.

Fin d'après-midi dans le parc Laleh

Fin d’après-midi dans le parc Laleh

Le Parc Laleh, avec sa position relativement centrale occupe une place de choix parmi les parcs téhéranais. De plus, il est proprement gigantesque et propose des parcours frais et arborés, jalonnés de canaux et de petites fontaines. Les chats y ont élu résidence et guettent les souris aux pieds de chaque massif de fleurs. On y trouve aussi des parcours de santé, très fréquentés par les personnes âgées qui font fonctionner tant bien que mal leurs articulations rouillées en optant bien souvent pour des positions incongrues bien peu en adéquation avec le mode d’emploi du matériel mis à disposition (exemple : faire des étirements de jambes assis à l’envers sur le rameur…). On trouve aussi dans ce parc des longs terrains de sport où garçons et filles se disputent des matchs endiablés de volleyball !

Le pont Tabiat

Le pont Tabiat, aussi appelé Nature Bridge ( پل طبیعت‎‎ Pol-e Tabi’at), est à notre sens une des constructions modernes les plus réussies de Téhéran (et p’têtre même du monde !). Dessiné par la très jeune architecte iranienne de 26 ans Leila Araghian, cet impressionnant pont piéton relie deux parcs verdoyants qui étaient jusque là séparés par une vilaine autoroute. Construction audacieuse sur plusieurs niveaux proposant des chemins multiples ainsi que de nombreux bancs, ce pont a vraiment été construit dans le but d’offrir aux promeneurs un lieu de détente où il fait bon s’attarder. En s’éloignant de sa fonctionnalité première de pont, le Tabiat Bridge se transforme en extension de l’espace des parcs et se fond parfaitement dans le paysage. Personnellement, on adore ! C’est aussi le cas de nombreuses familles iraniennes qui viennent flâner ici tout au long de la journée. En plus, la vue sur les montagnes depuis le pont n’est vraiment pas dégueu !

La nuit : le parc Danechjou et le teatr-e Shahr

Voila un parc agréable à visiter en soirée. Le théâtre (teatre-e Shar -تئاتر شهر ), tout en courbe, est très bien mis en valeur la nuit. L’endroit est bondée de gens relax, venus apprécier la fraîcheur du crépuscule. Vous pourrez y faire de nombreuses rencontres ! Nous y avons personnellement passé deux heures. Beaucoup de jeunes nous arrêtaient pour discuter avec nous de sujets divers et variés. La curiosité des iraniens envers notre mode de vie est palpable, et tous souhaitent connaître notre point de vue sur leur pays, nos idées politiques et ce qui nous a poussé à venir découvrir l’Iran. Ils attendent vraiment une réponse sincère et construite, et leur soif d’information est sans limite. Ce qu’ils voient sur leurs écrans de télé ne fait que leur rappeler la mauvaise vision de l’Iran diffusée à l’international, et beaucoup d’iraniens se sentent blessés dans leur fierté perse. « Mais nous, nous n’avons rien à voir avec notre gouvernement ! » nous ont martelés plusieurs jeunes.  Attention quand même de ne pas laisser les conversations trop dériver en plein air. On ne sait jamais qui peut être à l’écoute et mieux vaut discuter de certains sujets de manière plus approfondie derrière des portes closes…

La nuit : la tour Azadi

Autre lieu emblématique, la tour Azadi ou tour de la Liberté ( برج آزادیBorj e Āzādi) fait un peu office d’arc de triomphe de chez nous, version moderne ! Cette gigantesque arche n’est pas sans rappeler notre arche de la défense par son aspect résolument novateur, mais aussi par son emplacement un peu  excentré du centre ville. Tout de marbre blanc vêtu, le splendide bâtiment aux courbes fluides a été conçu par l’architecte Hossein Amanat à la fin des années 60. Les environs de la tour n’ont par contre rien de bien intéressant, sauf si l’on souhaite observer l’impressionnante marée jaune du terminal de taxis situé presque à ses pieds. Nous avons, quant à nous, préféré nous y rendre de nuit, car l’éclairage du bâtiment est quand même drôlement sympa ! Mais ne vous en faites pas, de jour c’est très impressionnant aussi.

La tour Azadi, symbole de Téhéran et d'Iran

La tour Azadi, symbole de Téhéran et d’Iran

Téhéran : ville moderne, déambuler dans les rues

Les rues de Téhéran regorgent de nombreux points d’intérêts, et autres secrets dont nous ne vous avons pas parlé ici. La capitale iranienne est une expérience unique en son genre, un voyage à elle seule… Se promener dans les rues permet de s’imprégner de la réalité d’un pays méconnu, et trop souvent jugé en occident à partir de clichés médiatiques. Vous y découvrirez une ville représentant parfaitement un pays moderne, développé et puissant, qui pourtant évolue dans un contexte géo-politique en équilibre précaire, fragilisé  par un passé complexe, des traditions religieuses rigoureuses ancrées profondément dans le quotidien des iraniens qui malgré tout, font preuve d’une forte volonté de tourner la page vers un avenir plus stable, paisible et ouvert.

Intéressant terrain de jeu pour la photographie de rue…

Téhéran, capitale moderne d'un pays complexe où tradition et modernité doit côtoyer religion et politique engluant son peuple dans un quotidien difficile...

Téhéran, capitale moderne d’un pays complexe où tradition et modernité doit côtoyer religion et politique engluant son peuple dans un quotidien difficile…

Alors, qu’en pensez vous ? L’énigmatique Téhéran ne vaut-elle pas qu’on s’arrête la découvrir quelques jours ?

Portraits d’Iran

Cet article comporte 2 commentaires
  1. c’est pas tout à fait l’image qu’on veut nous faire voir de l’Iran! mais c’est vachement plus sympa vu comme ça!

    j’aime beaucoup la photo de la tour Azadi vue du dessous!

  2. étonnante et magnifique tour Azadi mais tout aussi étonnantes ces montagnes juste derrière la ville et que dire de ce pont Tabiat : étonnant aussi !

    en conclusion étonnant et surprenant pays (et je suis en train de lire le livre de Philippe)

    merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top
×Close search
Rechercher