Capitale tentaculaire de l’Iran, Téhéran n’évoque pour certains que le nom d’un aéroport, tandis que pour d’autres, son nom fait amèrement écho aux évènement politiques des dernières années. Peu sont les voyageurs qui souhaitent faire escale pour quelques jours dans cette métropole bouillonnante de 15 millions d’habitants dans le but de sillonner, le nez au vent (pollué) ses grandes avenues bordées de platanes. Et pourtant… Pour réussir un voyage en Iran, rien ne nous semble plus essentiel que de passer un petit moment à Téhéran, rendez-vous par excellence pour capter l’essence de ce pays aux multiples facettes ! Car à Téhéran, au cours de la même journée, on peut se prélasser dans les jardins enchanteurs de l’ancien palais du Shah, se plonger dans la cohue des bazars, s’extasier devant la propreté du métro, manger des dattes et des petits gâteaux avec des iraniens dans la cours d’une mosquée, risquer sa vie en prenant le taxi, prendre un tchoï (thé) dans une ancienne maison de thé traditionnelle ou bien un frappé serré dans un café trendy attirant toute la jeunesse dorée de la ville… Bref, visiter Téhéran, c’est s’offrir le luxe d’aller de surprises en surprises. Vous laisserez vous surprendre ?

Téhéran, le début d’un voyage en Iran

Pour être tout à fait franc avec vous, nous n’attendions pas non plus grand chose de la capitale iranienne. Notre séjour de quelques jours à Téhéran avait un tout autre but que la découverte de la ville. Nous y venions avant tout pour rencontrer une jeune femme avec qui nous échangions par mail depuis plusieurs mois. Ravissante, intelligente, l’esprit vif et le caractère bien trempé, Maryam est à elle seule un condensé d’Iran. Elle nous guidera à travers les méandres de la ville avec une grande gentillesse et nous logera dans sa famille, nous permettant d’avoir un aperçu intime de la vie à l’iranienne (mais aussi de la finesse de la gastronomie perse… !). Notre amie nous fera aussi une forte démonstration du taarof, cet art de l’hospitalité et de l’extrême politesse propre à l’Iran, dont on vous détaille toutes les subtilités dans notre article dédié aux infos à savoir lorsque vous êtes là bas.

Maryam

Maryam

Pour une fois, nous dérogeons aussi à la règle du voyage à deux. Cette fois, nous sommes quatre ! Nous partons à l’aventure avec un couple d’amis proches, Adrien et Émilie. (Si vous nous suivez un peu, Adrien, vieux pote de Quentin, nous avait déjà rejoint il y a quelques temps pour un road trip en moto dans les montagnes de Ha Giang dans le Nord-Vietnam… ). Voyager en bande peut avoir des inconvénients, mais cela a avant tout un énorme avantage : on rigole bien ! En avant donc pour un petit tour d’horizon de la ville aux multiples visages…

 

Bien entendu, Téhéran est une ville iranienne à 100%. On y trouve donc de très jolies mosquées, des palais merveilleux et des bazars colorés. Ces lieux sont répartis aux quatre coins de la ville. Heureusement, le réseau de métro bien développé devrait vous permettre de rallier la plupart facilement. Sinon il y a toujours la possibilité de prendre un taxi, à vos risques et périls…

Le grand bazar

Fraîchement arrivés en Iran, nous n’avions tous qu’une idée en tête : aller nous perdre dans les dédales de ruelles couvertes des bazars de la ville. Pour cela le Grand bazar (en farsi : Bāzār e Bozorg – بازار بزرگ ) est un lieu parfait. Très haut de plafond, avec une partie ancienne à l’architecture parfaitement persane et une partie moderne, on y trouve à peu près de tout : des téléphones, des gadgets en tous genres, des fruits et légumes, des accessoires cosmétiques, des vêtements, des mètres de tissus, des sous-vêtements affriolants aux dentelles psychédéliques et, bien sur, des tapis !

S’engouffrer dans le bazar, c’est un peu comme s’engouffrer dans un labyrinthe : on peut y passer des heures ! Personnellement, nous avons adoré l’ambiance formidable qu’il y règne. La foule bigarrée se bouscule dans les grandes allées sombres, éclairées de puits de lumière et de guirlandes d’ampoules.  Les femmes sévères enveloppées dans leurs grands tchadors noirs (voile couvrant les femmes de la tête aux pieds) côtoient leurs consœurs pomponnées et décontractées, qui portent des hidjabs (voile façon foulard) hauts en couleurs. La plupart des hommes portent costumes et moustaches avec élégance, mais les jeunes, rasés de près, arborent des coiffures plus branchées les unes que les autres. Les hipsters parisiens ont de la concurrence !

Contrairement aux bazars d’Istanbul et du Maghreb, nul n’essaiera ici de vous vendre père, mère ou troupeau de dromadaires (pour faire dans les clichés). Les vendeurs ne sont pas du tout insistants, ce qui donne tout le loisir aux visiteurs de déambuler en toute quiétude. Les marchandises, elles, transitent dans le bazar grâce à un réseau de transport interne : des hommes et jeunes garçons poussent et tirent à travers les couloirs d’énormes chariots que rien n’arrête.  Gare à ceux qui ne font pas attention ! On peut à tout moment s’arrêter boire un tchoï fumant, bavarder avec les gens ou bien profiter de l’atmosphère calme d’une mosquée (comme la mosquée de l’Imam par exemple, mais vous aurez le choix car on n’en dénombre pas moins d’une douzaine !).

Iran - Teheran - Grand Bazar e Bozorg

Iran – Teheran – Grand Bazar e Bozorg

Bazar de Tajrish et mosquée de l’Imamzadeh Saleh

Situé près de la place Tajrish, dans le nord de Téhéran, ce bazar est bien plus petit que le grand bazar, mais nous séduit tout de même par son caractère authentique, ses jolies arches et son calme relatif.

Iran - Teheran - Tajrish Bazaar

Iran – Teheran – Tajrish Bazaar

Au sortir de ce bazar, notre œil est immédiatement attiré par un éclat bleu perse. Une superbe mosquée se dresse fièrement devant nous, exposant son imposant bulbe bleu aux rayons de l’astre solaire. Il s’agit de la mosquée de l’Imamzadeh Saleh ( امامزاده صالح ), dont vous pouvez admirer la tombe à l’intérieur. Si on est une femme, le tchador est requit pour pénétrer dans l’evan (ou enceinte). Pour cacher vos formes impudiques, de gentilles administratrices vous aiderons à revêtir des grands draps à fleurs kitchissimes dans un genre de cabine d’essayage géante située à l’entrée.

Iran - Teheran - Mosque Imamzadeh Saleh

Iran – Teheran – Mosque Imamzadeh Saleh

Cette mosquée est aussi intéressante à l’intérieur qu’à l’extérieur. Des éclats de miroirs couvrent murs et plafonds de cette antre scintillante. De confortables tapis perses proposent aux visiteurs de passer un moment calme et reposant pour prier, lire, ou discuter doucement en grignotant des pistaches. Attention : il y a une partie réservée aux hommes et une partie réservée aux femmes !

De manière générale, tout le quartier est sympa, offrant de belles vues sur la chaine de montagne Albroz et ses sommets enneigés qui semblent tout proches. Non loin, on trouve aussi le complexe de Saadabad (مجموعه سعدآباد‎‎ – Majmue ye Sa’dābād), une ancienne résidence des shahs érigée sur une superficie de 180 hectares comprenant jardins et palais en tous genres. Nous ne l’avons pas visité mais c’est parait-il assez chouette.

Le palais du Golestan

Alors là, mes chers amis, s’il y a bien un endroit à ne pas manquer à Téhéran, c’est bien le palais du Golestan (کاخ گلستان‎‎ – Kāx e Golestān) ! L’entrée n’est certes pas donnée, mais nous avons apprécié l’investissement ! Cet ancien palais des Shahs de la période Qajar est un joyau du raffinement et de l’art persan, havre de paix accueillant comparé à la frénésie des grands boulevards. Le chants des oiseaux et le doux bruissement de l’eau dans les canaux accompagnent la balade visuelle magique de ce palais des milles et unes nuits et de son magnifique jardin fleuri.

La visite de l’intérieur des différents bâtiments qui composent le palais ne nous laisse pas moins indifférents. Tout y est simplement somptueux et le soucis du moindre détail n’est pas sans nous rappeler notre bon vieux château de Versailles.

Iran - Teheran - Palais Golestan

Iran – Teheran – Palais Golestan

Au hasard de nos déambulations dans ce qui tenait lieu de palais d’été des shahs d’Iran, nous découvrons aussi le génie de l’architecture perse avec une de leurs créations les plus ingénieuses : le badghir. Ces tours « attrape-vent » très esthétiques, reliées à un bassin d’eau fraîche situé dans les profondeurs, font office de système de climatisation révolutionnaire permettant de rafraichir les intérieurs d’une façon naturelle. De plus, ils permettent de conserver de l’eau à très faible température pendant les mois les plus chauds de l’année. Le plus fort dans l’histoire, c’est que ce système génial existe… depuis l’antiquité !!!  Ainsi les iraniens échappent-ils aux fortes chaleurs estivales depuis plusieurs millénaires. Astucieux, n’est ce pas? Ce ne sont pas nos ancêtres les gaulois qui pourraient se targuer de pareilles inventions !

P’tite pause gourmande & rencontres

Visiter Téhéran est une activité passionnante mais épuisante. Pour se ressourcer, les iraniens aiment faire de petites pauses régulières autour d’un thé ou d’un kébab. On vous conseille vivement de faire de même si vous ne voulez pas finir sur les rotules à peine le voyage entamé (croyez-en notre expérience) ! Les iraniens sont très sociaux et ont la passion du pique-nique en famille. Ils installent leurs tapis, leurs théières et leurs pots de pistaches au safran à peut près n’importe où pour peu que ce soit à l’ombre (dans la moindre zone d’herbe, sur le trottoir, sur un coin de terrasse…). Peuple hospitalier par excellence, ils ne manqueront pas de vous inviter à vous joindre à eux. D’ailleurs, on vous préviens toute suite : vous avez de grandes chances d’avoir beaucoup plus d’invitations que la capacité d’absorption de thé de votre estomac ne vous le permet. Il faut alors savoir décliner, mais toujours avec gentillesse pour ne pas les froisser. Essayez aussi de ne pas passer pour des pique-assiettes en respectant la loi du taarof (tant bien que mal, parce que c’est un sacré sport ) !

Sinon, si vous êtes dans le coin et que vous vous sentez en appétit, vous pouvez essayer le kebab traditionnel de chez Bahar کبابی بهار (au croisement des rues Bahar e Shiraz St et Bahar St). Une valeur iranienne sûre, très appréciée des téhéranis et inconnue des touristes. Vous pouvez aussi aller prendre un café, thé ou jus de fruit dans une des plus anciennes adresses de Téhéran : le café Naderi كافه نادري (sur Jomhouri Ave). La déco années 60 version formica et couleurs criardes crée une atmosphère qui nous a bien tapé dans l’œil !

Nous vous le disions plus haut, Téhéran est une ville aux multiples facettes. Si ce petit aperçu des beautés historiques de la ville vous a déjà convaincu d’y séjourner quelques jours, attendez donc de découvrir le côté moderne et bouillonnant de Téhéran la Jeune, avec sa vie nocturne, ses bars branchés, ses parcs animés… Pour cela, sautez à l’article suivant ! Nous vous emmenons visiter la face la plus moderne et surprenante de cette vivante mégapole !

M. & Mme Shoes

Real Iran

« Real Iran » est né

Cet article comporte 3 commentaires
  1. Depuis quelques années, l’Iran fait partie de ces destinations que j’aimerais découvrir! J’aime toujours passer un peu de temps dans les capitales. Votre article me confirme que c’est une étape que je n’aurai pas envie de zapper!
    Vos photos sont très jolies 🙂 avec mention spéciale pour le magnifique portrait de Maryam!

  2. Ha le retour tant attendu des histoires et des photos magnifiques!!
    merci les enfants de nous faire voyager si joliment
    et un grand merci à Maryam de vous avoir fait découvrir Téhéran et pour son hospitalité.

  3. Certains « diabolisent » les iraniens. Qu’ils observent bien les regards de ces personnes, parmi le foule de rencontre, et tente d’y apercevoir la sublime humanité qui s’en dégage ! Merci pour cela, et de nous faire partager votre périple…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rechercher