skip to Main Content


Urbanisée et surpeuplée, Larnaca offre certes bien moins de quiétude et de beauté que les montagnes de Troodos ou les petites baies tranquilles de la péninsule d’Akamas, mais c’est une ville. Peut-on vraiment comparer une station balnéaire aux merveilles de la nature ? A une demi-heure de Lefkara, d’Ayia Napa et Cape Greco, Larnaca offre un très bon camp de base pour explorer l’île de Chypre, puisque la ville n’est loin de rien ! On y trouve quand même des coins bien sympas et il y a d’excellentes rencontres à y faire, à condition de s’intéresser un tant soit peu aux habitants !

Larnaca – Entre Histoire et station balnéaire

Le front de mer de Larnaca, inspiré de la fameuse « promenade des anglais » de Nice avec sa large zone piétonne et ses petits palmiers, ne cache pas la ceinture urbaine qui l’encadre, remplie de hautes tours grises, hôtels ou locations de vacances, aux pieds desquels on trouve bars et fastfoods en tous genres… La plage de Finikoudes est bordée de chaises longues côte à côte sur lesquelles les vacanciers, russes pour la plupart, tentent (parfois avec succès) de s’approprier les couleurs du homard vapeur. Des deux côtés de la baie, se trouvent des marinas d’où il est possible d’embarquer pour des balades en bateau, voir des excursions de plongée sous-marine ou de snorkelling. Vous l’aurez compris, l’activité de Larnaca est essentiellement portée sur le tourisme, qui fait vivre ici bon nombre de chypriotes pendant la saison estivale.

Dès les premiers jours, nous faisons une chose inhabituelle dans nos voyages : nous nous arrêtons à l’office du tourisme ! Nous y sommes accueillis par Katia qui prendra soin de nous informer durant 2h ! Cartes, sites internets, appels aux musées de toute l’île, calendrier des festivals et évènements dans les petits villages de montagne, chemins de randonnée, campings, plongée sous-marine… Elle fut premièrement un peu déroutée par nos demandes sortant clairement des grands classiques que les touristes auxquels elle est habituée de répondre, mais il faut dire une chose : elle s’est décarcassée et nous a trouvé des informations précieuses pour voir à la fois les classiques et sortir des sentiers battus tout en s’intéressant au terroir et à la culture locale. Merci Katia !

Mais, bien que le front de mer ne nous passionne pas plus que ça, il faut reconnaître que le quartier de la vieille ville est plutôt joli. Il reste bien évidement très touristique, mais cela donne l’occasion de se la jouer relax, pieds en éventails dans les tongs en train de siroter un jus frais en terrasse tout en dégustant une petite moussaka ou un gigantesque baklava (ou les deux). La place de l’église orthodoxe Saint Lazarus vaut le détour. Nous essayons même de dessiner ce magnifique édifice religieux, emblème de la ville, mais avec tous ces petits détails sculptés sur sa façade, la tâche n’est pas très aisée. Malgré tout, on est plutôt contents de nous ! Surtout Quentin qui profite de ces vacances pour se lancer dans ses premières aquarelles !

L'église St Lazarus de Larnaca - Chypre
L’église St Lazarus de Larnaca – Chypre

Toutes les ruelles pavées attenantes sont également assez agréables, avec beaucoup de petits restaurants et cafés. Certaines rues cachent aussi des ateliers d’artisans derrière de grandes portes en bois bleu ! C’est au hasard d’une de ces rues que nous nous arrêtons dans un petit troquet sans prétention pour y boire un café. Attablés à la minuscule terrasse dehors, se trouvent deux chypriotes, arrivés là on ne sait comment avec les mouvements de population qui ont suivi l’invasion de Chypre du Nord par la Turquie. Nos lacunes en langue turque ou grecque ne nous permettent pas vraiment de comprendre leur parcours mais nous rigolons bien quand même. Une parfaite occasion pour leur tirer le portrait.

Les abords du château médiéval non loin de là sont également assez jolis, car ce dernier à quasiment les pieds dans l’eau ! Situé tout au bout de la plage de Finikoudes, il fait un drôle de contraste avec les constructions moderne au goût discutable qu’on trouve tout au long de l’eau… A l’intérieur, on peut visiter un petit musée médiéval pour un prix assez modique.

Si l’on continue à longer les eaux bleues de la méditerranée après le château, on arrive sur le remblai Piale Pasa. Les maisons y ont un aspect beaucoup plus traditionnel, joliment peintes en blanc avec des volets bleus. Il n’y a pas beaucoup d’ombre sur le remblai, donc au bout d’un moment, on a soif ! Heureusement, c’est là que l’on trouve la baraque à jus et à glaces de Chris, le Refuel Icecream, dont les couleurs chatoyantes attirent l’œil. Le propriétaire des lieux est tout aussi haut en couleurs ! Petit bonhomme au teint hâlé, yeux brillants, crâne chauve, moustache bien fournie et sourire jusqu’aux oreilles, Chris doit avoir dans les 70 ans. Tout en nous pressant des jus de grenade frais, il entreprend de nous raconter sa vie avec une bonne humeur et un humour formidable !

« Je vivait dans le Nord où j’étais propriétaire d’un restaurant de 70 tables, nous raconte-t-il, mais l’invasion des Turcs m’a fait tout perdre… Maintenant, ça fait 45 ans que je fais des jus de fruits à Larnaca.  J’ai ouvert cette échoppe après avoir passé un an en camp de réfugiés. Je ne parlais pas un mot d’anglais à l’époque ! Aujourd’hui j’ai des terres avec 700 arbres fruitiers, et là d’ailleurs, je suis en train de vous presser des fruits tous frais que j’ai cueilli ce matin ! Vous voyez ceux-ci ? Ce sont des grenades blanches. Du coup, personne ne veut me les acheter. C’est de la ségrégation et en plus c’est idiot, parce que c’est celles-là les plus juteuses ! Voyez ? Enfin voilà, j’ai largement l’âge de la retraite mais j’aime passer mes journée ici parce que j’ai horreur d’aller au bistrot et que chez moi, ma femme n’arrête pas de jacasser ! »

Portrait d'un chypriote posant avec les lunettes de Quentin
Portrait d’un chypriote posant avec les lunettes de Quentin

Plongée sur le Zenobia

Si on continue sur le remblai Piale Pasa, on finit par arriver au bout (plutôt logique jusque là) où se trouve la marina d’où partent une bonne partie des excursions pour aller plonger sur la mythique épave de Chypre : le Zenobia. On y trouve aussi un centre de plongée, le Dive-In Larnaca, que nous avons choisi pour nous emmener faire des bulles dans les profondeurs de la méditerranée.

Le Zenobia est un cargo de 172 m de long qui a coulé au large de Chypre en 1980 après une stupide histoire à rebondissements qu’on ne vous racontera pas ici (tant pis pour le suspense !). Il repose actuellement sur le flanc. La partie haute de l’épave est relativement facile d’accès, avec environ 15m de profondeur, tandis que la partie basse située à environ 40m de fond demande un niveau de plongée supérieur. Pour les plus avancés, on peut y faire pas mal de « tech-dives » en allant explorer les intérieurs de la carcasse, notamment les salles des machines, etc… Ah oui, et on a oublié de vous dire… le Zenobia a malencontreusement coulé avec toute sa cargaison :  104 semi-remorques qui font aujourd’hui trempette au fond de l’eau créant un paysage sous marin complètement surréel !

Nous avons booké deux plongées sur le Zenobia mais avant ça, nous rafraîchissons nos compétences en plongée, que nous n’avons pas dérouillées depuis 4 ans date à laquelle nous avions effectué une croisière de plongée dans les Similan Island en Thaïlande, dans des petites criques paradisiaques du côté de Cape Greco. Nous plongeons avec Phil, notre jeune dive-master chypriote du jour.  Ces plongées sont faciles, à moins de 15m de profondeur et, bien qu’elles ne soient pas les plus extraordinaires que nous ayons pu faire ces dernières années ni les plus poissonneuses, elles sont néanmoins jolies, surtout la seconde, qui nous promène dans les trous et galeries du gruyère rocheux de la côte de Cape Greco.

Le lendemain, nous plongeons sur le Zenobia. L’expérience est formidable ! Si nous avions su plus tôt l’engouement que l’épave provoquerait chez nous, nous aurions plongés dix fois plutôt que deux ! C’est Chris qui nous emmène aujourd’hui. Cet ancien plongeur de l’armée britannique d’une quarantaine d’année est la gentillesse même. Sur le bateau qui nous mène au-dessus de l’épave, il nous raconte son parcours et les conditions un tantinet balèzes des entrainements de plongée de la marine anglaise. Nous sommes une vingtaine de plongeurs à bord du bateau. Chris nous prévient : le dimanche, hors saison, beaucoup de chypriotes font une petite plongée sur l’épave. Ajouté à quelques touristes comme nous, ça risque d’être un peu « busy » là-dessous. Au moins sur la première plongée ! Dive-In a accepté de nous prêter un petit appareil photo compact avec un boitier étanche pour tenter de faire quelques clichés sur l’épave. Nous nous excusons pour la qualité des photos, le matériel n’était pas très performant et nous ne sommes pas spécialisés en photo sous-marine, et ce n’était pas le but de nos plongées.

Un des semi-remorques dans le "upper cargo" ayant sombré avec le Zenobia - Chypre
Un des semi-remorques dans le « upper cargo » ayant sombré avec le Zenobia – Chypre

Nous descendons au niveau des hélices de propulsion du navire, à environ 30m de fond, puis nageons au-dessus du flanc du pont supérieur. De là, nous pénétrons dans le premier niveau de « cargo », un pont semi-ouvert, et observons les semi-remorques qui ont sombré pêle-mêle avec le Zenobia. Franchement impressionnant… De gros os blancs jonchent les carcasses des camions… Qu’est-ce que ça peut bien être ? Chris nous expliquera qu’il s’agit du gros congélateur du bord qui s’est vidé de son contenu lors du naufrage… au grand régal des poissons ! Nous passons ensuite au-dessus des cabines et des canots de sauvetage. Belle première plongée, mais trop fréquentée pour nous, avec des manques de civilités notoires bien regrettables. Certains plongeurs coupaient sans sourciller la route aux autres et il y avait même un parfait abruti qui se baladait avec son jambon à l’os pour attirer les poissons !  -_-

Nous replongeons quelques heures plus tard, après avoir reconduit tout ce joli monde à terre (youpi). Cette deuxième plongée sur le Zenobia est beaucoup plus paisible. Bien plus en accord avec notre vision de la plongée où tout est calme et volupté ! En plus, la visibilité est excellente et la température à 30m de… 25°C ! Le rêve ! Nous descendons sur la proue et rentrons dans le restaurant par l’ouverture béante d’une ancienne fenêtre. Sur le bord, juste avant de pénétrer dans l’épave, nous voyons une magnifique petite pieuvre ! Quentin est ravi, c’est son animal sous-marin préféré. L’atmosphère à l’intérieur du Zenobia est extrêmement particulière et le temps y est en suspension. Nous flottons comme en apesanteur dans la vastitude de cet immense salle de restaurant dont nous ne voyons pas le fond, noyé dans l’ombre. N’oubliez pas que le bateau est couché sur le flanc ! La moquette écossaise rouge couvre donc les murs et les rangées d’écoutilles au-dessus de nos têtes forment autant de puits de lumières perçant l’obscurité immobile. Nous suivons Chris dans le couloir des cabines dont les W.C. sont maintenant au plafond, essayant d’éviter de se frotter aux nombreuses rascasses tapies immobiles dans les recoins sombres. C’est que c’est fâcheusement venimeux ces bêtes là ! Nous ressortons vers le milieu de l’épave pour nager vers la proue et « survolons » la cabine de pilotage. Nous n’avons plus beaucoup d’air… Dommage, nous aurions tellement aimé jeter un œil à l’intérieur ! Il faut dire que le bateau est tellement immense et qu’il y a tant de recoins à explorer… Mais ce sera pour une autre fois, il est temps de remonter à la surface ! Chris nous félicite. Il paraît que nous sommes des « very good divers » ! Quel flateur 😉

La Mosquée Hala Sultan Tekke sur le lac de sel de Larnaca

Juste à la sortie de l’aéroport de Larnaca, nous avions été intrigués par cette imposante construction blanche se reflétant dans le grand lac de sel aux tons roses. Nous décidons donc d’y faire un saut au cours d’une après-midi désœuvrée. Lors de leur migration, des centaines de flamants roses peuplent les eaux peu profondes du lac, mais ce n’est pas encore la saison et nous n’apercevons que quelques spécimens, même pas roses en plus, faisant la sieste au loin. Cette construction étincelant de blanc, c’est la mosquée Hala Sultan Tekke. Nous souhaitons tout d’abord tenter d’en capturer une image avec son reflet dans le lac. Pour ce faire nous garons notre petite voiture de location sur une petite route et remontons dans grosse rocade en deux fois deux voie rapides jusqu’à obtenir le point de vue décidé. Pas très charmant, mais que ne ferions nous pas pour une photo ?

Mosquée Hala Sultan Tekke se reflètant dans le lac de sel à Larnaca - Chypre
Mosquée Hala Sultan Tekke se reflètant dans le lac de sel à Larnaca – Chypre

Enfin, nous reprenons le volant pour aller nous garer sur le parking de la mosquée de l’autre côté du lac, bien décidés à épancher notre curiosité à son égard. Nous sommes visiblement dans le royaume des chats. Ils sont partout, embusqués dans le moindre recoin de manière démoniaque, complotant probablement la prochaine campagne d’invasion féline mondiale. Y’en a même qui sont déguisés en cactus !
N’ayant pas la tenue réglementaire pour rentrer dans ces lieux saints (vu que nous avons tous deux des dégaines de gros touristes – que nous sommes !), nous enfilons l’accoutrement proposé à l’entrée, à savoir de gigantesques robes de chambre surdimensionnées qui auraient tout aussi bien pu faire office de toile de tente.

Aussi appelé Umm Harâm, du nom de la nourrice de Mahomet, le bel ensemble architectural comprend la mosquée, un minaret, un mausolée et un monastère musulman. Ce lieu est extrêmement sacré pour les chypriotes turcs musulmans !

A ce propos, nous vous emmenons d’ici peu découvrir le nord de Chypre, de la péninsule de Karpaz au petit village de pêcheurs de  Kyrenia, en passant par d’antiques châteaux forts ! Mais dans un premier temps nous allons mettre le cap vers le vieux village de montagne de Lefkara pour en apprendre plus sur son célèbre artisanat ancestral !

M. & Mme Shoes

Mosquée Hala Sultan Tekke à Larnaca - Chypre
Mosquée Hala Sultan Tekke à Larnaca – Chypre

Portraits de Larnaca

Informations

Rejoindre Larnaca depuis l’aéroport :

  • Prendre le bus 425 en sortant de l’aéroport « en haut à gauche ».
  • Prix du billet : 2,5€ (en 2019)
  • Horaires et autres informations
  • Pour retourner à l’aéroport nous avons pris le bus au « Bus Stop Finikoudes Larnaka / Intercity Bustop » qui se trouve sur le front de mer. Cet arrêt de bus permet également de rejoindre toutes les grandes villes de Chypre pour quelques euros.
    Plus d’informations sur les lignes de bus de Larnaca.

Office du tourisme de Larnaca :

  • Adresse : Vasileos Pavlou Square, Larnaca, Cyprus
  • Horaires :
    Lundi, Mardi, Jeudi, Vendredi: 08:00 – 17:00
    Mercredi: 08:00 – 14:30
    Samedi: 08:00 – 13:30

Liens utiles :

Cet article comporte 2 commentaires
    1. Euh pas encore émérite comme Mariette 🙂 Je ne montre pas tous les ratés 😀 L’épave est juste dingue, et nous n’avons fait que 2 plongées dessus, nous ne sommes pas descendus jusqu’aux ponts inférieurs ou aux salles des machines. Nous n’avions pas plongé depuis un moment dont il a fallu utiliser le budget pour les 2 premières plongées histoire de se remettre dans le bain. Mais je pense qu’on sera amené à retourner à Chypre et nous retournerons dans l’épave c’est certain c’est ouf la dedans !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top
×Close search
Rechercher